La CE propose de geler 495 millions de fonds pour la Hongrie

le
2
LE CE PROPOSE DE GELER 495 MILLIONS D'EUROS DE FONDS POUR LA HONGRIE
LE CE PROPOSE DE GELER 495 MILLIONS D'EUROS DE FONDS POUR LA HONGRIE

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a proposé mercredi de suspendre le versement à la Hongrie de 495 millions d'euros provenant du Fonds de cohésion à partir du 1er janvier 2013.

La CE précise que cette décision sans précédent fait suite à des avertissements répétés adressés à la Hongrie, afin qu'elle prenne des mesures de correction de son déficit public excessif, avertissements qui n'ont pas été suivis d'effets.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires a indiqué avoir reçu des courriers du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, et de son ministre des Finances, Gyorgy Matolcsy, présentant de nouvelles mesures de consolidation.

"Je dois d'abord souligner que ces lettres ne présentent pas le genre de mesures de consolidation fiscale nouvellement adoptées qui pourraient modifier immédiatement notre opinion concernant les prévisions sur les finances publiques", a dit Olli Rehn au cours d'une conférence de presse.

"Je dois signaler que, compte tenu de la révision à la baisse des prévisions de croissance pour la Hongrie, il semble probable que des mesures supplémentaires seront nécessaires pour ramener le déficit en dessous des 3%, valeur de référence du traité", a-t-il ajouté.

Le Fonds de cohésion est destiné aux pays les moins développés de l'Union européenne, afin de les aider à rattraper plus rapidement leur retard économique. Il finance des projets d'infrastructures, d'éducation et de formation.

La menace d'un gel de ces fonds a déjà été brandie plusieurs fois mais n'a encore jamais été mise en oeuvre. Reuters avait révélé mardi l'intention de la Commission de suspendre le versement d'une partie de ces fonds à la Hongrie afin de l'inciter à corriger son déficit.

La Commission estime que les efforts de la Hongrie pour ramener son déficit à moins de 3% du produit intérieur brut (PIB) reposent avant tout sur des mesures exceptionnelles et ne sont de ce fait pas viables. Elle s'attend au contraire à voir le déficit public hongrois augmenter à 3,25% en 2013, au-delà de l'objectif fixé par le Pacte de stabilité et de croissance.

Jan Strupczewski, Wilfrid Exbrayat, Nathalie Huet et Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2941863 le mercredi 22 fév 2012 à 14:37

    Fête continue ... envoyez pognon ... lol ... a grande vitesse le mur se rapproche.

  • jepe48 le mercredi 22 fév 2012 à 14:11

    on ne risque rien nous français, puisque nous donnons plus que nous recevons, le jour éventuel d'une telle sanction il suffira de geler notre contribution à titre de rébellion