La CDC se réunit mercredi sur la reprise de Dexma

le
0

par Matthieu Protard et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Le schéma définitif de la reprise de Dexma, filiale française de la banque Dexia en cours de démantèlement, devrait être arrêté d'ici à la fin de la semaine alors que la Caisse des dépôts (CDC) réunit mercredi sa commission de surveillance sur le sujet, ont indiqué mardi à Reuters des sources proches du dossier.

Un accord sur la reprise de Dexma (Dexia Municipal Agency), spécialisé dans le refinancement des prêts aux collectivités locales, est déterminant dans le contexte actuel d'assèchement des prêts consentis aux collectivités locales françaises.

La Caisse des dépôts, qui avait déjà participé au sauvetage de Dexia en 2008, et la Banque postale doivent prendre le relais de la banque franco-belge sur ce marché avec le lancement, prévu à la mi-2012, d'une nouvelle banque publique dédiée aux collectivités locales.

"La commission de surveillance de la Caisse se réunit demain (mercredi, NDLR)", a dit à Reuters une source proche du dossier.

"Il y aura un point sur Dexma", a indiqué une deuxième source, confirmant la réunion de la commission de surveillance de la CDC.

Deux autres sources proches des discussions ont ajouté qu'un accord sur Dexma était désormais imminent.

"C'est une question de un à deux jours. Ce sera pour avant la fin de la semaine", a dit l'une de ces sources.

La Caisse des dépôts s'est refusée à tout commentaire tandis que personne n'était joignable dans l'immédiat chez Dexia pour réagir.

Dans le cadre du démantèlement de l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales, l'Etat français pourrait finalement prendre une participation de l'ordre de 25% à 33% environ dans Dexma afin de vaincre les réticences de la Caisse des dépôts à reprendre cette structure dont le portefeuille de prêts, évalué à environ 80 milliards d'euros, pourrait s'avérer toxique.

UNE FACTURE JUGÉE TROP LOURDE POUR LA CDC

La Banque postale devait de son côté prendre une participation minoritaire de 5% dans le schéma initial prévu à l'automne dernier. Des informations de presse ont évoqué ces derniers jours une participation pouvant aller jusqu'à 7%.

Ces dernières semaines, plusieurs parlementaires membres de la commission de surveillance de la CDC ont manifesté leur inquiétude face à la multiplication des interventions de la Caisse des dépôts en faveur d'entreprises frappées par la crise, comme ce fut le cas avec le renflouement de l'assureur Groupama.

Redoutant que la CDC ne puisse à elle seule supporter l'essentiel de la reprise de Dexma, certains d'entre eux ont estimé qu'une intervention directe de l'Etat était souhaitable pour alléger la facture.

Un accord définitif sur Dexma permettra aussi d'avancer sur la création de la nouvelle banque publique pour les collectivités locales, certaines d'entre elles risquant de devoir abandonner ou reporter des projets d'investissements faute de crédit bancaire.

Selon les prévisions de Dexia Crédit Local, quelque 10 milliards d'euros pourraient manquer en 2012 pour assurer les financements dont les collectivités locales françaises ont besoin, les banques désertant ce marché en raison de la crise et des nouvelles règles prudentielles.

Matthieu Protard et Julien Ponthus, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant