La CDC envisage de céder des parts dans Sanef

le
1
LA CDC PRÊTE À CÉDER UNE PARTICIPATION DANS L'OPÉRATEUR AUTOROUTIER SANEF
LA CDC PRÊTE À CÉDER UNE PARTICIPATION DANS L'OPÉRATEUR AUTOROUTIER SANEF

par Gilles Guillaume et Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - La Caisse des dépôts (CDC) envisage de céder des parts dans l'opérateur autoroutier Sanef, détenu en majorité par le groupe espagnol Abertis, a appris Reuters mercredi de trois sources proches du dossier.

"La Caisse veut sortir de Sanef", a déclaré une des sources.

"De ce que l'on entend depuis quelques semaines, ce serait partiel", a précisé une autre source. "A ma connaissance, rien n'est engagé mais ils réfléchissent, probablement pour investir ailleurs."

"C'est un dossier qui est regardé mais aucune décision n'a été prise", a ajouté une troisième source.

La CDC détient actuellement 15% du capital de Sanef, 10% via CDC Infrastructure et 5% directement par la Caisse des dépôts.

Abertis a refusé de commenter ces informations, tandis qu'aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de la CDC.

Sanef exploite 2.063 kilomètres de réseaux situés essentiellement en Normandie, dans le nord et dans l'est de la France.

Selon une des sources, en cas de sortie totale ou partielle de la CDC, les autres actionnaires regarderaient certainement le dossier, par exemple sur le modèle de l'opérateur autoroutier de l'ouest de la France Cofiroute, dans lequel Vinci est monté à 100% fin 2013 en rachetant les 17% environ que détenait encore Colas (Bouygues).

Abertis détient actuellement 52,55% de Sanef, suivi de la CDC (15%), de Predica (groupe Crédit agricole) (12,42%), d'Axa (9,93%), de la holding FFP de la famille Peugeot (5,1%) et de CNP Assurances (5%).

(Avec Robert Hetz à Madrid et Matthieu Protard à Paris, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • laurus il y a 8 mois

    Vente des bijoux de famille pour renflouer EDF/Areva ou pour acheter des électeurs à coups de "redistribution du fruit des efforts consentis" (gros pipeau). Dans les 2 cas, c'est l'Etat (donc le peuple) qui s'appauvrit.