La Catalogne veut son référendum sur l'indépendance le 09/11

le
0

* "La Catalogne veut parler", dit le président de l'exécutif régional * Madrid juge son initiative contraire à la Constitution * "Nul n'est au-dessus de la volonté souveraine du peuple espagnol" par Elena Gyldenkerne BARCELONE, 27 septembre (Reuters) - Le président du gouvernement catalan Artur Mas a signé samedi un décret prévoyant la tenue d'un référendum d'autodétermination le 9 novembre, une initiative que le gouvernement de Madrid entend bloquer au nom de la Constitution. "La Catalogne veut parler, elle veut être entendue. Elle veut voter. Le moment est venu et nous avons le cadre juridique pour le faire", a dit Artur Mas lors de la cérémonie de signature du décret au Palau de la Generalitat, le siège de la l'exécutif régional à Barcelone. Les indépendantistes catalans, qui réclament depuis des mois la tenue de cette consultation, ont organisé ces derniers temps des manifestations monstre pour obtenir le droit, à l'instar des Ecossais, de se prononcer sur leur avenir. Le 11 septembre, à l'occasion de la "Diada", la fête nationale catalane, ils étaient plusieurs centaines de milliers - 1,8 million selon les autorités locales - dans les rues de Barcelone. La Catalogne, qui représente près d'un cinquième du PIB espagnol, compte 7 millions d'habitants. Mais à Madrid, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a réitéré le rejet de cette consultation que le gouvernement juge illégale en vertu des principes fixés par la Constitution nationale. "Aucun exécutif n'est au-dessus de la volonté souveraine du peuple espagnol", a-t-elle réagi, déplorant "profondément" l'initiative d'Artur Mas. "Nous pensons que l'initiative du président de Catalogne est une erreur. Elle fracture la société catalane, divise le peuple catalan et l'éloigne de l'Europe et de l'esprit du temps", a-t-elle ajouté. Au lendemain de la victoire du "non" en Ecosse, Artur Mas avait indiqué que la défaite des indépendantistes écossais ne modifiait en rien le projet catalan et avait ajouté qu'il signerait rapidement le décret. (voir ID:nL6N0RK3H0 ) Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, hostile à cette démarche, a convoqué une réunion extraordinaire de son gouvernement ce lundi pour officialiser le dépôt d'un recours devant la Cour constitutionnelle. Cette procédure devrait automatiquement suspendre le processus électoral jusqu'à ce que la juridiction suprême ait rendu son verdict, ce qui pourrait prendre des années. Des politologues estiment que Mas pourrait alors démissionner et convoquer des élections anticipées qu'il présenterait comme un référendum de substitution. En mars dernier, la Cour constitutionnelle a partiellement censuré la proclamation d'un droit à l'autodétermination de la Catalogne adoptée à l'unanimité par le Parlement régional en janvier 2013. D'après des sondages, une écrasante majorité de Catalans, jusqu'à 80%, réclament le droit de pouvoir être consultés sur l'avenir de leur province. Le camp des partisans d'une sécession progresse. Certains instituts de sondage le créditent désormais de la majorité des intentions potentielles de vote. (avec Raquel Castillo et Paul Day à Madrid; Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant