La Catalogne, cette "neuvième province d'Andalousie"

le
0
La Catalogne, cette "neuvième province d'Andalousie"
La Catalogne, cette "neuvième province d'Andalousie"

Considérée comme la "neuvième province d'Andalousie", la Catalogne a accueilli plus de 800 000 Andalous jusqu'aux années 70. Un phénomène démographique unique en Espagne qui explique, en partie seulement, les liens étroits qui unissent FC Barcelone et FC Séville.

Le duel le plus en vogue du football espagnol ne répond pas au nom de Clásico, de derbi madrileño ou de duel entre Colchoneros et Blaugrana. Non, depuis l'an 2010, ce sont bien les rencontres entre Barcelonais et Sevillistas qui se sont le plus répétées. Avec déjà 19 confrontations au compteur, et bientôt une vingtième, les deux toujours champions d'Europe en titre forment la paire qui se connaît le mieux outre-Pyrénées. Une certaine normalité, puisque Culés comme Palanganas trustent les finales et les titres en cette décennie. Plus encore que ce nombre important de matchs, ce sont les relations entre les deux directions qui révèlent de nombreux atomes crochus. Les transferts et les prêts entre les deux entités sont légion, et rappellent que, lors du siècle dernier, l'immigration andalouse en Catalogne est devenue un phénomène démographique unique en Espagne, à tel point que, encore aujourd'hui, la région frontalière avec la France se fait appeler "la neuvième province d'Andalousie". Retour sur un courant migratoire qui a marqué à jamais les deux régions, et dont les conséquences se retrouvent encore aujourd'hui.

Industrialisation, paupérisation et gratitude


Dans la société espagnole, si marquée par ses distorsions régionales, l'émigrant ne renvoie pas vers l'Andalou, mais vers le Galicien, plus prompt à prendre la mer pour se trouver un nouveau port d'attache. Cette image change radicalement à partir des années 1920. Bien qu'entamé quelques années auparavant, cette décennie marque le début de l'exode andalou. En cause, la fermeture de nombreuses mines de la région d'Almería, ainsi qu'une baisse considérable de la production de raisins qui presse quelque 40 000 Almériens à se rendre en Catalogne, région où l'industrie est forte et la main-d'œuvre recherchée. "Mais c'est réellement à partir des années d'après-guerre civile que le mouvement migratoire se prononce, précise Carlos Romero, historien officiel du FC Séville. Avec le début de la dictature de Franco, les communautés autonomes disparaissent. Le dictateur voulait pousser au maximum l'industrialisation de la Catalogne pour contrer les aspirations indépendantistes. Cela s'est fait au détriment d'autres régions comme l'Andalousie qui devait donner à la Catalogne toutes les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant