La carte cadeau virtuelle qui permet de choisir ses clients

le
0
Les enseignes ciblent les bénéficiaires des cartes? grâce aux infos fournies par ceux qui font le cadeau.


Apple, H&M, Voyages SNCF, Hippopotamus et Sephora ont choisi de vous souhaiter bon anniversaire. Avec Wrapp, une application pour smartphones attendue en France fin avril, voyagistes, restaurateurs et distributeurs pourront offrir des remises aux clients dont le profil les intéresse, et seulement à eux. Âge, domicile, sexe, ces données stratégiques ne proviendront plus des cartes de fidélité des enseignes, mais de Facebook.

Le principe est simple. Il suffit à un internaute qui prévoit de faire des cadeaux de télécharger l'application Wrapp, d'enregistrer ses coordonnées bancaires, mais surtout d'accepter de partager toutes les informations sur son groupe d'amis Facebook. Lorsqu'il décide de faire un cadeau (20 euros pour acheter des chaussures de sport, 5 euros pour une pizza), il regarde quelle enseigne partenaire souhaite l'épauler dans sa générosité.

«L'enseigne crédite une carte cadeau Wrapp uniquement si le profil l'intéresse. Une marque de prêt-à-porter choisit par exemple d'offrir 5 euros à une jeune femme de 20 ans, qu'elle soit cliente fidèle ou non, car des clientes de son âge dépensent en moyenne 35 euros en vêtements», explique Hjalmar Winbladh, fondateur de Wrapp. La carte cadeau est postée sur Facebook, où elle peut être abondée par d'autres amis, avant d'être transférée sur le smartphone du bénéficiaire. Le code-barres figurant sur son mobile fera office de bon d'achat en magasin.

Lancement dans 20 pays

Wrapp, dont le comité de direction accueille les fondateurs de LinkedIn et Skype, devrait séduire les distributeurs classiques, qui perdent des clients au profit des e-commerçants. L'application, «forme de marketing la plus efficace - celle entre amis», selon son inventeur, sera lancée dans une vingtaine de pays cette année. Après la Suède en novembre, elle s'attaque à des marchés plus prometteurs : la Grande-Bretagne depuis quelques jours, et les États-Unis «d'ici quelques semaines».

D'après une étude de TowerGroup, les Américains offriront pour 130 milliards de dollars en cartes cadeaux en 2014, deux fois plus qu'en 2004. Plus d'un tiers des consom­mateurs tendent à dépasser la valeur de leur bon d'achat classique. Chez Wrapp, la dépense moyenne est cinq fois supérieure au montant offert par l'enseigne partenaire. Cette dernière ne paie - et ne verse une commission à Wrapp - que si la carte est utilisée. C'est le cas d'une carte virtuelle sur quatre, plus que pour son ancêtre.

LIRE AUSSI:

» Les start-up qui vont révolutionner le Web

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant