La capitale bulgare livrée à dix mille chiens errants

le
0
Après la mort à Sofia d'un professeur à la retraite déchiqueté par une meute, l'indignation est à son comble.

À Sofia

Dans une main la laisse enserrant le cou de Laura, un jeune cocker à la robe abricot, dans l'autre un bâton de hockey. «J'ai peut-être l'air ridicule, mais ainsi je crains un peu moins leurs assauts», explique Ivan Draganov, un ingénieur à la retraite du quartier d'Iztok, à Sofia.

Cet arrondissement plutôt chic n'échappe pas à ce fléau de la capitale bulgare: les chiens errants. «Ils sont la cause de mes pires cauchemars», souffle Svetlana, mère de deux enfants en bas âge. Tous les ans, la presse rapporte des cas d'attaques - certaines aux conséquences dramatiques pour les victimes. «C'est, de loin, notre plus gros problème», reconnaît la maire de Sofia, Iordanka Fandakova (Gerb, le parti au pouvoir).

Jadis considérée comme un «luxe inutile» par le régime communiste, la possession d'un animal domestique est désormais chose courante en Bulgarie. Tout comme son abandon: livrés à eux-mêmes, ces chiens des rues se sont multipliés, atteignant à Sofia

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant