La capacité de mobilisation de Jean-Luc Mélenchon en berne

le
0
Concurrencée par de nouvelles formes de contestations, la gauche radicale ne parvient plus à rassembler comme elle le faisait encore au printemps.

Prudent, le Front de gauche n'avait pas fixé d'objectif précis de participation avant la manifestation contre la politique fiscale du gouvernement. Le patron du PCF, Pierre Laurent, avait beau sentir à la veille du rendez-vous «grandir le réveil de la mobilisation à gauche», le constat, ce dimanche, semble clair: concurrencée par de nouvelles formes de contestation, la gauche radicale mobilise moins qu'auparavant.

«Bonnets rouges», «bonnets verts», routiers, moniteurs d'auto-école, cavaliers opposés à l'«équitaxe»... La manifestation organisée par Jean-Luc Mélenchon et ses proches visait avant tout à reprendre la main face à ces mouvements protéiformes et très sectorisés, qui expriment depuis un mois leur «ras-le-bol fiscal». En annonçant une participation de 100.000 personnes, les organisateurs ont voul...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant