La «campagne impossible» des motions du PS

le
0
Même si tout semble joué d'avance, les représentants des motions concurrentes à celle d'Harlem Désir multiplient les réunions publiques avant le vote des militants, prévu le 11 octobre. Ils débattront ce soir, à Paris.

Tours, Angers, Lille, Nantes, Montbéliard... A chaque jour son déplacement pour Gaëtan Gorce, sénateur socialiste de la Nièvre et signataire avec Juliette Méadel de la motion «Question de principe». Pas question de perdre une seconde car le timing est extrêmement serré d'ici au 11 octobre, date choisie par le PS pour faire voter ses militants sur les cinq textes déposés en vue du congrès de Toulouse. «C'est une campagne impossible, confie Gaëtan Gorce. Il faut assurer une présence dans une centaine de réunions publiques organisées en seulement 10 jours dans les fédérations...» «On fait un travail de bouton de guêtres, dans l'urgence», ajoute Emmanuel Maurel, premier signataire de la motion de l'aile gauche du parti. En jeu dans le vote de jeudi prochain, la répartition des postes dans les instances nationales du PS et la désignation du nouveau premier secrétaire du parti.

Des points qui semblent déjà avoir été réglés il y a 15 jours lors de la d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant