La campagne de Russie commence à Borisov

le
0
La campagne de Russie commence à Borisov
La campagne de Russie commence à Borisov

TF 1, 20 h 45

 

C'était un soir de novembre 2013 face à l'Ukraine (3-0), au Stade de France, et cette date fondatrice coïncide avec le dernier match de qualification de l'équipe de France pour un tournoi international. A l'époque, Antoine Griezmann n'incarnait pas les rêves de gloire de la bande à Deschamps, et Djibril Sidibé ou Layvin Kurzawa, titulaires ce soir, ne figuraient pas sur les radars du staff des Bleus.

 

C'était il y a bientôt trois ans, autant dire une éternité pour cette équipe qui renoue ce soir avec les matchs éliminatoires après en avoir été sevrée pendant deux ans avant son Euro à domicile. On mesure aujourd'hui le chemin parcouru, et le nouveau statut de ces Bleus qui ont réveillé un enthousiasme qu'il s'agit désormais d'entretenir et de ne pas laisser retomber jusqu'à la Coupe du monde 2018 en Russie.

 

Leur étiquette de vice-champions d'Europe les désigne comme les favoris naturels d'un groupe où les Pays-Bas, la Suède et la Bulgarie ne ressemblent pas vraiment à des adversaires réputés invincibles. Et la Biélorussie dans tout ça ?

 

Dans un pays où la liberté d'aller et de venir est strictement encadrée, le mouvement devra être une des armes fatales des partenaires de Raphaël Varane. « Ce sera à nous de mettre du rythme, prévient le Madrilène promu capitaine en l'absence d'Hugo Lloris, blessé. On s'attend à jouer une équipe athlétique qui défend bien et met beaucoup d'intensité dans les duels. Mais on est prêts pour ça. » Deschamps veut lui plus de « maîtrise » que lors de la seconde période face à l'Italie (3-1) jeudi dernier à Bari.

 

« Nous devrons être meilleurs dans l'animation et la circulation du ballon », insiste le sélectionneur qui craint surtout les sorties de balles rapides des Biélorusses. Rien de bien différent que ce que la France a eu à connaître face à la Roumanie (2-1), l'Albanie (2-0), voire à un degré moindre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant