La campagne américaine marque une pause pour le 11/09

le
0
11E ANNIVERSAIRE DES ATTENTATS DU 11-SEPTEMBRE
11E ANNIVERSAIRE DES ATTENTATS DU 11-SEPTEMBRE

par Samuel P. Jacobs

WASHINGTON (Reuters) - Les victimes des attaques du 11 septembre 2001 ne seront jamais oubliées, quel que soit le nombre d'années qui passent, a déclaré mardi le président Barack Obama à l'occasion du 11e anniversaire des attentats de New York et Washington.

La mort d'Oussama ben Laden et la guerre d'Afghanistan ont beau être devenues des thèmes majeurs de la campagne présidentielle américaine, Barack Obama et Mitt Romney ont observé une trêve dans leur campagne en vue de l'élection présidentielle du 6 novembre, commémoration oblige.

Les spots télévisés du président sortant et de son adversaire républicain, qui déferlent à un rythme effréné sur les antennes, n'ont pas été diffusés pendant cette journée consacrée à la mémoire des 2.983 personnes ayant trouvé la mort ce jour-là dans la destruction des tours jumelles du World Trade Center, un attentat contre le Pentagone et le crash en Pennsylvanie d'un quatrième avion détourné. Ce bilan comprend les 19 pirates de l'air tués dans les attaques.

Sur le site de Ground Zero à New York, où deux bassins reflètent l'empreinte du World Trade Center, un millier de proches des victimes ont lu un par un, les noms des personnes mortes dans l'effondrement des tours jumelles.

Mais contrairement aux années précédentes, aucun homme politique - président, gouverneur, maire - n'a pris la parole, selon de nouvelles règles établies en juillet par le mémorial et musée national du 11-Septembre, présidé par le maire de New York Michael Bloomberg. La lecture de la liste, par ordre alphabétique, devait prendre plus de trois heures.

MINUTE DE SILENCE

Dans la matinée, Barack Obama et son épouse Michelle ont observé une minute de silence dans les jardins de la Maison blanche avant de participer à une cérémonie de commémoration au Pentagone.

"A onze reprises, nous avons marqué une pause pour réfléchir et nous souvenir", a déclaré le président au siège du département de la Défense. "Ce n'est jamais un jour facile, mais c'est particulièrement difficile pour vous tous, les familles des près de 3.000 innocents qui ont perdu la vie."

"Mais peu importe le nombre d'années qui passent, peu importe le nombre de fois où nous nous rassemblons sur ce site sacré, sachez ceci: vous ne serez jamais seuls, vos bien-aimés ne seront jamais oubliés", a ajouté Barack Obama.

Ce dernier a répété que les Etats-Unis n'étaient pas en guerre contre l'islam, mais seulement contre Al Qaïda et ses alliés. "J'ai toujours dit que notre combat vise Al Qaïda et ses alliés, et non l'islam ou toute autre religion. Ce pays a été bâti comme un phare de la liberté et de la tolérance".

A l'issue de la cérémonie au Pentagone, le président s'est rendu ensuite avec son épouse au cimetière national d'Arlington où reposent les soldats américains tombés en Irak et en Afghanistan.

Le vice-président Joe Biden est quant à lui allé à Shanksville, en Pennsylvanie, où les 40 passagers du vol 93 d'United Flight ont péri dans l'accident de leur avion en se battant avec leurs pirates de l'air.

Le candidat républicain Mitt Romney a déclaré pour sa part que cet anniversaire marquait le jour où "le Mal a fondu sur notre pays". "En ce jour très sombre, ceux qui voudraient nous attaquer devraient savoir que nous sommes unis dans notre détermination à les détruire et à défendre la paix et la liberté chez nous et à travers le monde", a-t-il dit.

Il a prévu de prendre la parole à la Convention de l'association de la Garde nationale à Reno, dans le Nevada. Ses équipes de campagne organisent en outre dans six Etats des collectes de fonds en faveur des militaires américains engagés à l'étranger.

Son épouse Ann Romney devait par ailleurs participer à des commémorations en Floride.

Bien que l'économie reste le thème dominant de la campagne, l'équipe d'Obama insiste de plus en plus sur la politique étrangère. La semaine dernière, lors de la convention démocrate, les partisans du président ont présenté la mort d'Oussama ben Laden, tué le 2 mai 2011 au Pakistan par les forces spéciales américaines, comme l'un des plus grands succès de sa présidence.

Dans son discours, Barack Obama a quant à lui insisté sur le peu d'expérience de son rival sur la scène internationale et son équipe a souligné que Mitt Romney n'avait jamais mentionné la guerre en Afghanistan lors de son discours à la convention républicaine de Tampa, fin août.

Le président sortant a en outre présenté le retrait annoncé d'Afghanistan et la reconstruction du World Trade Center comme les symboles du renouveau des Etats-Unis sous son premier mandat.

Avec Chris Francescani à New York; Jean-Philippe Lefief, Jean-Stéphane Brosse et Jean-Loup Fiévet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant