La Caisse des dépôts va vendre des participations pour financer le logement social

le
4
La Caisse des dépôts va vendre des participations pour financer le logement social
La Caisse des dépôts va vendre des participations pour financer le logement social

La Caisse des Dépôts (CDC), le grand argentier de l'Etat Français prévoit de vendre des centaines de millions d'euros d'actions de certaines des plus grandes entreprises du pays. Pierre-René Lemas, qui était auparavant le chef de cabinet du président François Hollande avant de prendre la tête de la CDC en 2014, a expliqué au Financial Times que le fait de garder certaines de ses participations n'avait «aucun sens».

 

«Beaucoup de nos entreprises sont là pour des raisons historiques. Nous devons réduire le nombre d'entreprises que nous possédons», a-t-il ajouté. La semaine dernière, la CDC a annoncé avoir cédé pour 456 millions, soit 4% du capital de Veolia environnement. En outre, la CDC envisage également de vendre la totalité ou une partie de sa participation dans l'opérateur autoroutier Sanef, détenue majoritairement par l'Espagnol Abertis. 

 

La CDC, créée en 1816 à la suite des guerres napoléoniennes, détient environ 26 milliards d'euros de participations dans des groupes tels que la société des déchets et de l'eau Veolia, la société de transport Transdev et la société de construction Egis. La CDC est aussi dans le capital de petites entreprises telles que la Compagnie des Alpes (remontées mécaniques), le parc à thème Parc Astérix. Elle détient également une participation dans les clubs Belambra (clubs de vacances). 

 

«Nous avons environ 16 filiales. Nous sommes en train de regarder ce que nous allons vendre et ce que nous allons continuer», explique Pierre-René Lemas. «La CDC devrait être axée sur le soutien de l'économie française, la promotion de la transition énergétique vers les énergies renouvelables et l'aide au logement social en France. Voilà où nous pouvons être le plus utile.», a-t-il insisté. 

 

Ainsi, la Caisse pourrait piocher dans ces fonds récoltés pour subventionner à hauteur d'environ 2,5 milliards d'euros des prêts à taux zéro aux organismes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 2 mois

    on touche le fond du ridicule.

  • sibile il y a 2 mois

    HLM = gabegie et ruine pour les finances publiques

  • lorant21 il y a 2 mois

    Sacrifier l'industrie pour le logement social, c'est effectivement l'avenir. Espérons que mai 2017 supprimera cette décision.

  • jmlhomme il y a 2 mois

    Facile de participer et de faire les généreux quand on prend l'argent en "résidence" sur les comptes des petits épargnants......ou des transactions en cours chez les notaires.