La Bulgarie, cul-de-sac pour les clandestins

le
0
Membre de l'UE mais pas de la zone Schengen, la Bulgarie n'est qu'un pays de transit pour les immigrés clandestins.

Une demi-douzaine d'hommes en pleine discussion devant le foyer qui jouxte l'Agence nationale pour les réfugiés (DAB), l'organisme chargé d'examiner les demandes d'asile en Bulgarie. Farid, Mohammed, Khaled, Ibrahim... Ils sont tous irakiens et peuvent parler des heures des raisons qui les ont poussés à quitter leur pays. Mais aujourd'hui la cause de cette animation est Khadija, une Marocaine de 20 ans, originaire de Casablanca, fraîchement arrivée de Turquie. «Illégalement, bien sûr, précise-t-elle dans un éclat de rire. J'ai fait Casa-Istanbul en avion, ensuite des amis m'ont mise dans le train de Sofia et m'ont montré comment passer la frontière. C'était fastoche!» Le tout pour une centaine d'euros, les derniers de la jeune femme. La voici désormais fauchée et demandeuse d'asile en Bulgarie, un pays dont elle ignore tout sauf qu'il fait partie, depuis 2007, de l'Union européenne. Le temps que la DAB examine son dossier, elle recevra 35 euros par mois de l'Ét

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant