La Buba met en garde contre les risques, relève ses provisions

le
0
LA BUBA RELÈVE SES PRÉVISIONS
LA BUBA RELÈVE SES PRÉVISIONS

FRANCFORT (Reuters) - La Bundesbank (Buba) allemande a utilisé une grande partie de ses bénéfices de 2011 pour renforcer son matelas de protection et son président a mis en garde mardi la Banque centrale européenne (BCE) contre une prise de risque excessive dans ses règles d'octroi de prêts aux banques.

La banque centrale allemande a estimé qu'il était prudent d'accroître les provisions alors que les inquiétudes augmentent autour de la facture que les instituts d'émission de la zone euro vont devoir payer au titre du sauvetage du système bancaire européen.

La BCE a contribué à éviter un resserrement du crédit en injectant en l'espace de deux mois 1.000 milliards d'euros dans les banques de la zone, via des prêts à 3 ans et à taux réduit, et en assouplissant ses critères d'acceptation de collatéraux.

Le président de la Buba Jens Weidmann s'est dit inquiet des risques qui pèsent sur le bilan de la BCE et des banques centrales nationales de l'Eurosystème, estimant que la prise de risque devait être abaissée, par exemple en relevant la qualité des collatéraux demandés aux banques souhaitant se financer auprès de la BCE.

Mais même si le bilan de la Bundesbank reflète cette crainte, Jens Weidmann n'a pas appelé à un retrait immédiat du soutien aux banques.

"Mais cela ne veut pas dire que toutes les mesures de crises doivent être levées immédiatement, cela veut plutôt dire que nous devons, en tant que banque centrale, réfléchir à la manière d'organiser le retrait de ces mesures exceptionnelles."

Celui qui est également membre du conseil des gouverneurs de la BCE a minimisé ses divergences avec le président de l'institution de Francfort Mario Draghi en matière de politique monétaire. Il a souligné qu'il ne se sentait pas isolé au sein du conseil et qu'il avait une bonne relation de travail avec l'Italien.

"Je ne me sens pas isolé au conseil des gouverneurs de la BCE parce que je vois que les arguments que moi ou d'autres mettons en avant font l'objet d'une discussion", a déclaré Jens Weidmann lors d'une conférence de presse à l'occasion de la présentation des résultats annuels de la Buba.

Il a ajouté qu'il n'y avait pas de camps prédéfinis au moment des votes au sein du conseil. La semaine dernière, Mario Draghi a également déclaré que la Bundesbank n'était pas isolée au sein de la BCE.

Le bénéfice de la Buba a reculé à 643 millions d'euros en 2011, contre 2,2 milliards d'euros en 2010, en raison d'un relèvement de 4,1 milliards d'euros des provisions liées au risque de crédit, de changes, à l'or et aux autres prix, contre une hausse de 1,6 milliard d'euros l'année précédente.

"La principale raison de la baisse du bénéfice est la hausse des provisions pour risque", a dit son président.

"Le risque de contrepartie lié au programme de rachat d'obligations d'Etat et aux opérations de refinancement ont augmenté de manière perceptible en raison de la hausse des volumes et du fort degré de risque", a ajouté Jens Weidmann.

Eva Kühnen, Jean Décotte pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant