La brousse centrafricaine sous l'empire de la peur

le
0
REPORTAGE - Dans la campagne centrafricaine, la guerre invisible entre les anciens rebelles de la Séléka et la jacquerie populaire des Anti-Balaka vide les villes et les villages de leurs habitants.

Envoyé spécial à Damara (Centrafrique)

Damara, ville séduisante, vous souhaite la bienvenue et un agréable séjour, annonce une pancarte à l'entrée de l'agglomération. En réalité, Damara ressemble à une ville morte. Étape commerçante à 75 kilomètres au nord de Bangui, le long d'une des grandes routes de Centrafrique, Damara s'est vidée de ses habitants. Les petites maisons sont fermées. Des poulets et des cochons errent dans les cours des chaumières désertes. Les étals du marché sont vides. L'atmosphère est sinistre.

«Tout le monde a fui dans la brousse, dit Joachim Dimanche, un jeune homme revenu chercher des affaires chez lui. Je me suis réveillé un matin, il y a trois jours et la ville était entièrement vide. Tout le monde était parti en f...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant