La branche famille de la Sécu est en réalité structurellement bénéficiaire

le
0
Les défenseurs de la politique familiale soulignent en outre que le trou n'est pas dû aux aides familiales à proprement parler.

Le gouvernement a choisi de faire payer uniquement aux familles le redressement du déficit de la politique familiale. Il aurait pu faire autrement. D'abord, parce que la branche famille, qui connaît le plus petit déficit de la ­Sécurité sociale (2,5 milliards d'euros prévus en 2013), est en vérité structurellement bénéficiaire. Selon les prévisions, elle devrait revenir «naturellement» à l'équilibre en 2019, voire dès 2016, en se serrant la ceinture. Hors période de crise, ses recettes, indexées sur la croissance, progressent en effet plus vite que ses dépenses, indexées sur les prix. La politique familiale dégagerait ainsi des excédents toujours plus importants, jusqu'à 7,8 milliards d'euros en 2025.

Les défenseurs de la politique familiale soulignent en outre que le trou n'est pas dû aux aides familiales à proprement parler. ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant