La BPI n'est pas une banque pour canards boiteux, dit Jouyet

le
5
LA BPI SURTOUT CENTRÉE SUR LES PROJETS D'AVENIR, SELON SON FUTUR PRÉSIDENT
LA BPI SURTOUT CENTRÉE SUR LES PROJETS D'AVENIR, SELON SON FUTUR PRÉSIDENT

PARIS (Reuters) - La Banque publique d'investissement, nouvel organisme destiné à aider au financement des PME françaises, aura pour mission première de soutenir des projets d'avenir et non pas de venir en aide aux entreprises en difficulté, a déclaré vendredi son futur président.

"La BPI aura vocation à maintenir l'activité et non pas à aider les canards boiteux", a dit Jean-Pierre Jouyet sur Europe 1, déclenchant la colère des syndicalistes d'ArcelorMittal à Florange, dont le site va fermer.

"La BPI aura vocation essentiellement à financer des PME et des entreprises de taille intermédiaire", a-t-il ajouté, en référence aux difficultés traversées par certaines grandes entreprises comme PSA.

Jean-Pierre Jouyet a souhaité ainsi lever les craintes de voir le nouvel organisme s'épuiser à lutter contre les plans sociaux qui se multiplient dans les régions françaises.

"Nous, nous souhaitons aider des projets d'avenir. Pour le reste, c'est à d'autres dispositifs de jouer", a-t-il dit.

Le syndicat CFDT d'ArcelorMittal à Florange, s'est dit choqué par ces déclarations.

"Soit c'est de l'incompétence, soit c'est de la trahison", a dit à Reuters Frédéric Weber, l'un de ses responsables.

"On ne peut pas d'un côté venir nous dire qu'il y a des espoirs, qu'on va nous aider, qu'il y a des études disant que le site est viable alors que d'un autre, il y a quelqu'un qui, à peine en place, dit que Florange est un canard boiteux qu'on laisse tomber", a-t-il ajouté.

Le syndicaliste rappelle en outre que ce proche de François Hollande a occupé plusieurs fonctions au gouvernement et dans les hautes sphères de l'Etat durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. "Le président a fait entrer le loup dans la bergerie".

Le syndicat conteste en outre que la BPI, un outil orienté vers les PME, puisse se désintéresser totalement du sort de grosses entreprises telles PSA et ArcelorMittal.

"Une entreprise comme Florange, c'est près de 3.000 CDI et 2.000 emplois indirects dans des PME sous-traitantes", souligne Frédéric Weber.

Jean-Pierre Jouyet, le numéro un de la Caisse des dépôts, à laquelle la BPI sera adossée, a assuré qu'il ferait preuve d'indépendance malgré sa proximité avec François Hollande.

"Je m'engage à être indépendant, à être au service du développement des PME, des entrepreneurs dont nous avons besoin pour combler le manque de croissance" dont souffre l'économie française, a-t-il ajouté.

L'acte de naissance de la BPI, dont Nicolas Dufourcq assurera la direction générale, a été signé mercredi en conseil des ministres. Elle devrait débuter son activité en janvier 2013.

Patrick Vignal, avec Gilbert Reilhac à Strasbourg, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1625665 le vendredi 19 oct 2012 à 17:54

    Oseo remplissait déjà le rôle de Banque (semi)publique d'investissement.A quoi va servir la BPI ?Financer des non-suppression d'emplois? Ce sera reculer pour mieux sauter! De toute façon ce n' est pas grave c'est avec notre fric

  • 22441350 le vendredi 19 oct 2012 à 13:03

    En 1996 Juppé voulait céder Thomson (CSF et Multimédia) en quasi-faillite à Lagardère et Deawo pour 1 euro. Il n'a pas pu et en 97, après l'arrivée de Jospin recapitalisation de 11mds puis privatisation. Aujourd'hui regardez dans quel état est Technicolor . Cela donne une idée des résultats à attendre d'une politique industrielle de gauche. Pendant ce temps-là les "experts" publics vivent correctement, merci pour eux.

  • M6920174 le vendredi 19 oct 2012 à 12:57

    Projets d'avenir dans quoi ? un nouveau produit qui n'existe pas ....comment un énarque peut-il analyser ; pour cela il faut avoir travaille dans le privé . de toute façon une nouvelle idée est copiée dans les 2 ans . Il faut savoir que les entreprises ont une durée de vie environ 5 ans .

  • TL70190 le vendredi 19 oct 2012 à 12:39

    la banque de la banque de la banque de la banque , apres ça allez trouver les responsables et a qui ça profite ces usine a gaz !

  • buronjac le vendredi 19 oct 2012 à 12:35

    un énarque de plus de la promo Voltaire , des canards boiteux on a tellement dépensé dans le passé pour finalement les fermer, espérons que qu'on ne retombera pas dans le même travers sous la pression des syndicats,CGT en tête