La BPC confiante sur la croissance 2016, souhaite un yuan stable

le
0
    WASHINGTON, 15 avril (Reuters) - La Banque populaire de 
Chine (BPC) ne souhaite par de mouvement "violent" du taux de 
change du yuan, a déclaré Yi Gang, vice-gouverneur de la banque 
centrale jeudi à Washington, tout en se disant confiant sur la 
capacité de la deuxième économie mondiale d'afficher une 
croissance située entre 6,5% et 7% cette année. 
    Il a reconnu que l'économie chinoise était confrontée à des 
défis et que le manque de flexibilité du marché du travail par 
exemple représentait un risque majeur pour l'avenir, tout en 
jugeant la croissance relativement robuste. 
    Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) de la 
Chine a augmenté de 6,7% sur un an, conformément aux attentes 
des économistes, en léger ralentissement par rapport à la 
croissance de 6,8% enregistrée au quatrième trimestre 2015, 
selon les chiffres officiels publiés vendredi.   
    "Je suis assez confiant dans le fait qu'il va y avoir une 
croissance de 6,5% à 7% cette année", a dit Yi en marge des 
rencontres de printemps du Fonds monétaire international (FMI).  
    La crainte de l'impact d'un ralentissement plus fort que 
prévu de la croissance chinoise sur l'économie mondiale a 
provoqué une onde de choc sur les marchés financiers en 2015. 
    Le FMI a estimé que chaque baisse d'un point de pourcentage 
de la croissance du PIB chinois du fait du ralentissement de 
l'investissement dans le pays entraînerait un recul de 0,25 
point de pourcentage de la croissance de l'ensemble du G20. 
    Le vice-gouverneur de la BPC a également déclaré que la 
banque centrale souhaite la stabilité pour le yuan. 
    "Nous ne voulons pas assister à un mouvement violent (sur le 
yuan)", a-t-il dit. 
    Les investisseurs ont été perturbés en début d'année par une 
politique apparemment contradictoire de la Chine vis-à-vis de sa 
devise, provoquant un repli du yuan en fixant le taux pivot à 
des plus bas de plusieurs années, pour ensuite intervenir le 
jour même afin de soutenir la devise, selon des traders.     
 
 (Koh Gui Qing, Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Marc Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant