La boxe va devoir gérer l'impact

le , mis à jour à 07:00
0
La boxe va devoir gérer l'impact
La boxe va devoir gérer l'impact

La France est tombée amoureuse de ses boxeurs. Elle a vibré durant cette quinzaine pour un sport qui, aux Jeux, ne sortait de l'anonymat qu'à l'heure d'évoquer des déceptions ou de crier à l'injustice suite à des décisions arbitrales suspectes. Personne n'a par exemple oublié les larmes d'Alexis Vastine, trahi par les juges à Londres en 2012. Vastine, disparu tragiquement l'an passé et dont le souvenir porte les nouveaux héros du sport français.

Oui, la France est tombée amoureuse de ses boxeurs mais cela fait des années que les Français n'aiment plus la boxe, ne s'intéressent plus à ce sport. Il n'y a plus de grands champions français depuis les retraites de Mormeck, Monshipour, Asloum ou Tiozzo. Plus de grandes soirées télé, même si Canal + a repris le flambeau au printemps, plus de réunions enfumées dans les gymnases de province le samedi soir, plus de moyens financiers, non plus, pour ses clubs.

Un afflux massif de nouveaux pratiquants attendu

La boxe, avec ses 45 000 licenciés dans l'Hexagone, était abandonnée. Mais ça, c'était avant ! Avant les 6 médailles de Rio (un record, voir par ailleurs) qui pourraient tout changer si les dirigeants de la discipline gèrent comme il faut l'après, surfent sur l'engouement né au Brésil. Car les messages portés par cette équipe -- réussite, fraternité, mixité, diversité, force des rêves -- sont plus que symboliques au regard de ce que traverse le pays depuis de longs mois. A la rentrée, les salles s'attendent à un afflux massif de nouveaux pratiquants qui vont vouloir imiter Tony Yoka, le champion olympique de la catégorie reine, la nouvelle star bleue qui a vraiment tout pour elle. Après Londres, l'émotion d'Alexis Vastine avait attiré 3 000 pratiquants de plus. Combien, cette fois-ci ? Et puisque Tony ne boxe pas seul, puisqu'il forme avec Estelle Mossely un couple en or et que leur bonheur partagé dimanche soir restera comme l'image de ces Jeux, combien de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant