La Boussole : " La France n'est pas sûre d'aller au Mondial "

le
0
La Boussole : " La France n'est pas sûre d'aller au Mondial "
La Boussole : " La France n'est pas sûre d'aller au Mondial "

La Boussole est le collectif responsable de l'équipe de France des sans-abris. Après Paris en 2011 ou Santiago en 2014, rien n'assure que nos Bleus pourront faire le déplacement à Amsterdam en 2015. Eléonore explique le sens et la complexité de leur démarche.

Qu'est ce que La Boussole ? On est un collectif de travailleurs sociaux de Montpellier. On est de diverses structures dans la ville, on s'est mis ensemble en voyant le manque de possibilités de monter des grands projets de manière isolée, dans nos foyers d'hébergements pour personnes sans-abris. Ca nous a permis de mutualiser nos moyens, idées, matériaux, bénéficiaires... pour nous permettre d'avancer. On a monté différents projets : théâtre, radio, sorties, et donc la Homeless World Cup (structure écossaise fondée en 2001 qui organise chaque année la Coupe du monde des sans-abris, ndlr).
Comment en êtes-vous venus à travailler avec la Homeless World Cup ? Un collègue du collectif, Patrick Mbongue, était très engagé avec Remise en Jeu, et quand Remise en Jeu est tombé à l'eau, il a repris le projet et l'a amené au sein de La Boussole. On a l'agrément avec la Homeless World Cup et on est mandaté pour monter l'équipe nationale de foot, masculine à l'origine, et cette année féminine. Ce sera la première année. Il y en a eu une en 2011, quand l'équipe était gérée par Remise en Jeu, parce que la Coupe du Monde était organisée à Paris. Par souci de représentation, ils avaient montée une équipe féminine, mais ce n'étaient que des Parisiennes.
" Les joueurs ont connu la rue, les squats, la précarité... "
Comment se passe la sélection des joueurs ? On s'organise avec les travailleurs sociaux des autres villes avec lesquels on a constitué comme un réseau, et on les invite à venir sur notre tournoi, le Tournoi de la Solidarité. Pendant ce tournoi, on sélectionne ceux qui vont représenter la France. Ça, ce n'est que pour les garçons. Pour les filles, on n'a pas trouvé d'équipes complètes, du coup on a fait marcher notre réseau, on a appelé des structures en France pour savoir si elles n'avaient pas une ou deux joueuses, et on a monté une équipe de France.
Quel est le profil des joueurs ? Les joueurs ont nécessairement un parcours atypique. Même s'ils ont un toit, qu'ils sont logés par des structures d'hébergement, ou qu'ils vont peut-être trouver un appartement, ce sont des personnes qui ont connues la rue,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant