La Bourse de Tokyo finit en baisse avec le rebond du yen

le , mis à jour à 09:02
0
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE TOKYO
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE TOKYO

par Joshua Hunt

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,49% mardi, le rebond du yen par rapport à un plus bas de trois semaines face au dollar ayant pesé sur les valeurs tournées vers l'exportation.

L'attente du résultat des réunions de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) et de la Réserve fédérale américaine (Fed), mercredi et jeudi, ainsi que l'attribution d'un contrat géant de sous-marins par l'Australie au français DCNS au détriment d'un consortium nippon, ont aussi pesé sur la cote.

L'indice Nikkei a perdu 86,02 points à 17.353,28 et le Topix, plus large, a cédé 10,14 points (-0,72%) à 1.391,69 points.

Les spéculations autour d'un nouvel assouplissement monétaire de la BoJ ont entraîné le yen à la baisse la semaine dernière, mais la persistance d'une marge d'incertitude incite les investisseurs à pousser la devise à regagner du terrain.

Les responsables monétaires japonais sont partagés quant à l'opportunité de prendre d'éventuelles nouvelles mesures d'assouplissement. S'ils sont nombreux à s'inquiéter des sombres perspectives de l'économie, ils se montrent prudents devant la réduction des instruments à leur disposition après avoir opté pour des taux négatifs au mois de janvier.

Du côté des exportateurs, Panasonic a terminé en baisse de 1,38% tandis que constructeurs automobiles Toyota Motor et Nissan ont perdu respectivement 0,72% et 0,99% face au raffermissement du yen.

Mitsubishi Heavy Industries a reculé de 3,59% et Kawasaki Heavy Industries de 2,05% après l'échec du consortium formé par les deux sociétés avec l'Etat japonais pour un appel d'offres de 12 sous-marins pour la marine australienne, un énorme contrat évalué à 34 milliards d'euros finalement attribué au constructeur naval français DCNS.

Le calvaire de Mitsubishi Motors se prolonge, le groupe automobile ayant cédé encore 9,58%. Le titre a perdu près de la moitié de sa valeur depuis le 19 avril, sous le coup d'un scandale sur la falsification de tests d'économie de carburant.

Dans le secteur financier, Mitsubishi UFJ Financial a cédé 3,56% à la suite d'un article de presse selon lequel son bénéfice pour l'exercice à fin mars 2016 serait décevant.

De son côté, Toshiba a perdu 1,67% après l'annonce d'une dépréciation de la valeur de sa filiale nucléaire Westinghouse de 260 milliards de yens (2,3 milliards dollars ou 2,1 milliards d'euros) sur l'année écoulée, une mesure qui était attendue et qui doit aider le groupe industriel à tourner la page d'un important scandale comptable.

Japan Steel Works a résisté à la tendance avec un bond en avant de 12,72% après avoir relevé sa perspective de bénéfice pour son exercice fiscal à fin mars 2016.

(Joshua Hunt, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant