La Bourse de Paris va vivre au rythme des publications d'entreprises

le
0
Ecrans d'indices boursiers européens dans la salle des marchés d'Euronext à la Défense. (© T. Samson / AFP)
Ecrans d'indices boursiers européens dans la salle des marchés d'Euronext à la Défense. (© T. Samson / AFP)

Avançant dans un contexte géopolitique incertain, «les indices n'ont pas beaucoup bougé» cette semaine, constate Isabelle Enos, responsable de l'offre financière B*capital (filiale de BNP Paribas), en dépit d'une actualité pourtant susceptible de jouer sur les places financières.

Les premières enquêtes de confiance sur «l'état d'esprit des investisseurs après le Brexit» ont été publiées, rappelle-t-elle, dont le moral des investisseurs en Allemagne qui s'est effondré en juillet à son plus bas niveau depuis presque quatre ans, selon le baromètre ZEW publié mardi.

En parallèle, les banques centrales laissent entendre qu'«elles ne sentent pas le devoir d'intervenir» dans l'immédiat, après le vote en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, poursuit Mme Enos.

La Banque centrale européenne (BCE) a laissé ses taux inchangés jeudi lors de sa réunion de politique monétaire, tout en se disant prête à agir et en mesure d'intervenir pour soutenir encore plus l'économie de la zone euro si nécessaire, comme l'a indiqué son président Mario Draghi.

«Cela vient contrebalancer les enquêtes qui montrent que l'état de stress post-Brexit était important», analyse Mme Enos, même si on ne peut pas encore «en tirer des conséquences» pour la réalité de l'économie.

Globalement, «le marché résiste très bien à ce Brexit» et semble ne pas vouloir baisser,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant