La Bourse de Paris termine en baisse marquée

le
2
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (© C. et L. Volant)
Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (© C. et L. Volant)

L'indice CAC 40 a perdu 107,90 points à 4.974,07 points, clôturant sous 5.000 points pour la première fois depuis le 12 mars, dans un volume d'échanges étoffé de 5,2 milliards d'euros. La veille, il avait pris 0,70%. Le marché a hésité sur la direction à suivre, évoluant même dans le vert dans la matinée, avant de perdre plus nettement du terrain au fil de l'après-midi.

"C'est un marché erratique qui n'a pas envie de prendre des initiatives compte tenu de ce qui se passe en Grèce et avant pas mal de rendez-vous dont l'emploi américain et les élections en Grande-Bretagne", résume Frédéric Rozier, conseiller de gestion chez Meeschaert Gestion Privée.

Bloc "A lire aussi"

Le dossier grec a alimenté la prudence des investisseurs, alors que les négociations semblent difficiles entre le pays et ses créanciers, pour s'entendre sur une liste de réformes afin de débloquer le versement de l'aide internationale. Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis n'attend pas d'"accord final" lors de la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro le 11 mai, le gouvernement grec imputant pour sa part les blocages à un désaccord entre l'UE et le FMI.

Surtout, le marché a opté pour la "temporisation avant les élections législatives de jeudi en Grande-Bretagne et avant le rapport mensuel de l'emploi américain vendredi", explique Renaud Murail,

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • salar12 le mardi 5 mai 2015 à 19:05

    Les gérants se couvrent... mais se couvrir c'est comme vendre, pour un delta à 50, le gars à qui ils achètent l'option vend la moitié de ce qu'ils couvrent, donc ça baisse. A mon avis rien à voir avec la macro.

  • olef31 le mardi 5 mai 2015 à 19:04

    La Grèce.... encore et toujours la bonne excuse pour faire baisser les cours et spolier les petits épargnants.