La Bourse de Paris sans direction à mi-séance

le
0
DR
DR
L'Allemagne a aussi publié le détail de son produit intérieur brut pour le premier trimestre. Il en ressort que la demande intérieure a été le seul moteur de la croissance allemande sur cette période, ce qui laisse présager un ralentissement de l'économie au printemps.

"En l'absence de statistiques de taille outre-Atlantique, les investisseurs vont rapidement se focaliser sur les échéances électorales du week-end, à savoir les élections européennes et la présidentielle en Ukraine", commente Christopher Dembik, un analyste Saxo Banque.

La Grèce retient particulièrement l'attention selon lui. Une victoire du parti d'extrême-gauche Syriza pourrait déstabiliser Athènes et conduire à des élections législatives anticipées.

"La crainte est que le nouveau gouvernement issu du scrutin ne souhaite une renégociation des conditions de prêt octroyées par la troïka au pays", une hypothèse capable d'effrayer les marchés, ajoute-t-il.

Quant à l'élection présidentielle en Ukraine prévue dimanche, elle reste une source d'inquiétude pour les investisseurs, expliquent les analystes d'ETX Capital.

Le bon déroulement du scrutin est loin d'être garanti. Les séparatistes prorusses promettent de perturber l'élection, avec la bénédiction de Moscou.

"Toutefois, le retrait des forces russes (stationnées à la frontière) cette semaine est vu comme un signe de désescalade de la crise, et les marchés semblent moins incommodés que d'habitude", nuance ETX Capital.

Dans

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant