La Bourse de Paris reste sous pression

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Le CAC40 repart à la baisse ce matin et pourrait ainsi enchaîner une 5e séance de baisse, après avoir déjà perdu 150 points depuis jeudi dernier, dans un mouvement de prises de bénéfices qui touche toutes les places mondiales. 

Les 4.300 points, longtemps infranchissables, se sont désormais éloignés. L'issue de la journée reste cependant incertaine, riche qu'elle sera en actualités macroéconomiques. D'abord, les banques centrales britannique (13h00) et européenne (13h45) vont se prononcer sur leurs taux. Le statu quo devrait dominer chez les deux institutions, mais ce sont les commentaires périphériques que lorgneront les investisseurs. Demain les chiffres mensuels du chômage aux Etats-Unis seront particulièrement analysés.

WALL STREET

Wall Street a fini sa course en ordre dispersé mercredi soir, proche de l'équilibre, après sa consolidation récente alimentée par les nouvelles craintes de réduction des plans de rachats d'actifs obligataires de la Fed (85 Mds$ mensuels dans le cadre du 'QE'). Les statistiques ont été nombreuses aujourd'hui outre-Atlantique, avec de bons chiffres des ventes de logements neufs et de l'emploi, mais également une légère déception relative à l'ISM des services, et un Livre Beige sans surprise. Le DJIA a perdu 0,16% à 15.889 pts, le Nasdaq a gagné 0,02% à 4.038 pts, et le S&P500 a cédé 0,13% à 1.792 pts.

ECO ET DEVISES

Les banques centrales sont à l'honneur avec l'annonce de la Banque d'Angleterre sur les taux (13h00 : consensus statu quo à 0,5% / 375 milliards de livres) suivie de celle de la BCE (13h45 : consensus statu quo à 0,25%). Aux Etats-Unis, l'étude Challenger sur l'emploi de novembre (13h30) sera suivie des inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30 : consensus 320.000 demandes nouvelles et 2,8 millions de demandes continues), d'une nouvelle estimation du PIB américain du troisième trimestre (14h30 : consensus +3,1% en rythme annualisé) et des commandes industrielles d'octobre (16h00 : consensus -1%).

La parité euro / dollar atteint 1,3604 ce matin. Le baril de Brent se négocie 111,68$ et le WTI 97,42$ pour l'échéance de janvier. L'once d'or se traite 1.239$ (-0,35%).

VALEURS EN HAUSSE

* BNP Paribas (+0,15% à 52,81 Euros) : Rabobank va vendre sa filiale polonaise BGZ à BNP Paribas, pour environ 1 milliard d'euros en numéraire (4,2 milliards de zlotys). Les deux établissements sont tombés d'accord sur la participation de la banque néerlandaise, représentant 98,5% du capital. La réalisation de l'opération est conditionnée par la signature des versions finales des contrats et par l'obtention des autorisations réglementaires nécessaires. BGZ est forte de près de 400 succursales. BNP Paribas estime que l'opération devrait avoir un impact négatif mineur, de l'ordre de -15 points de base, sur le ratio "Common Equity Tier 1 Bâle 3" du groupe et devrait avoir un léger effet relutif immédiat sur son résultat net par action.

* Rémy Cointreau (+3,4% à 62,42 Euros) : Quelque 5% du capital de la société, pourraient être acquis d'ici à mars 2015. La direction a prévu de faire annuler les titres concernés. "Le lancement de ce nouveau plan n'est pas une surprise", indique ce matin Oddo Midcap, qui souligne qu'il s'agit d'un élément positif pour un titre malmené depuis le début de l'année, à cause d'une passe délicate.

* Dassault Systèmes (+0,75% à 83,31 Euros) : le groupe renforce ses positions en annonçant le rachat de 84% du capital de la société allemande Realtime Technology (RTT), premier éditeur de logiciels de visualisation 3D haut de gamme à usage professionnel, de solutions de marketing et de services d'imagerie générée par ordinateur. La transaction sera payée en numéraire sur la base d'un prix de 40 euros par action, le montant auquel l'acquéreur a prévu de désintéresser les minoritaires par une offre publique d'achat, car RTT est cotée en bourse. L'opération reste soumise aux conditions usuelles, dont le feu vert des autorités de la concurrence en Allemagne et en Autriche. Dassault n'est pas très disert sur l'opération. Selon nos informations, RTT a réalisé 73,74 millions d'euros de revenus en 2012, pour une marge d'EBITDA de 14,8%, en générant un cash-flow positif et avec un endettement minime. Le titre cote 40,70 euros en bourse, soit au-dessus du projet d'offre. Sur la base des 4,48 millions d'actions en circulation, un prix de 40 euros représenterait une facture de 179,2 millions d'euros pour 100% des parts.

* Pierre et Vacances (+2% à 23,31 Euros) : au 30 septembre, terme de son exercice 2012-2013 le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,306 milliard d'euros, pour un résultat opérationnel courant bénéficiaire de 2,6 millions d'euros, mais en repli de -7% par rapport à l'exercice précédent. Le résultat net annuel est une perte de -47,5 millions d'euros, incluant -28,4 millions d'euros de coûts de restructuration. Le niveau de réservations au 30 septembre est supérieur à celui de l'exercice précédent pour le pôle Pierre & Vacances Tourisme Europe et pour Center Parcs Europe.

* Soitec (+2% à 1,55 Euro) : la Commission européenne a donné son feu vert au financement public du projet "Guépard", qui vise à mettre au point une nouvelle génération de cellules photovoltaïques à très haute efficacité. Il fait partie des "investissements d'avenir" retenus par la France. "Guépard" est porté par Soitec, coordinateur, le CEA et la PME InPACT, pour un investissement commun évalué à 68,9 millions d'euros sur cinq ans. L'autorisation de financement notifiée par la Commission européenne au gouvernement français permettra à Soitec de bénéficier d'une aide publique de 21,3 millions d'euros. Elle se compose de 5,9 millions d'euros de subventions directes et 15,4 millions d'euros d'avance remboursable.

VALEURS EN BAISSE

* Saint-Gobain (-1% à 36,64 Euros) : le groupe a finalisé l'acquisition de LS Kunststofftechnologie GmbH, fabricant allemand de composants polymères de haute performance destinés aux marchés automobile, médical et industriel. Elle possède deux sites de production, l'un à Wertheim, et l'autre à Neuhaus, près d'Erfurt. Son effectif s'élève à plus de 220 salariés. LS co-développe des solutions sur mesure pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients et possède une expertise pointue dans la conception, l'outillage, les essais et le traitement de polymères à haute température.

* Wendel (-0,20% à 98,75 Euros) : l'actif net réévalué ressortait au 25 novembre dernier à 140,30 euros, soit 31,5% de plus qu'un an avant. Par rapport au pointage réalisé en août, l'ANR est également en progression, de 2,8%. La société de portefeuille tient aujourd'hui une présentation investisseurs, la 12ème, qui lui permet de présenter les nombreuses opérations menées récemment, mais également d'annoncer que la filiale Materisa reçu une offre d'achat d'Astorg pour Materis Aluminates, holding de l'activité Kerneos. Materis a engagé des négociations en vue de boucler l'opération, qui valoriserait Kerneos 610 millions d'euros (8,4 fois l'EBITDA LTM à fin septembre). La transaction permettrait à Materis de se désendetter. Wendel s'associera au projet en réinvestissant 60 millions d'euros de dette subordonnée rémunérée à 10,5%. La cession pourrait avoir lieu au cours du premier semestre 2014. Plus globalement, le groupe dirigé par Frédéric Lemoine confirme sa volonté d'investir 2 milliards d'euros d'ici 2017, tout en ramenant sa notation crédit en catégorie d'investissement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant