La Bourse de Paris reste mal orientée

le
0
L. Grassin
L. Grassin

Cette déprime généralisée des marchés européens n'a pas épargné Wall Street qui a fortement reculé, même si les pertes ont été limitées en fin de journée, tout comme les places asiatiques. «La séance d'hier ressemble au comportement classique des investisseurs lors des phases récentes de stress après la faillite de Lehman Brothers ou de la crise des souverains», remarque le courtier Aurel BGC. Les marchés redoutent que les perspectives économiques soient moins solides que prévu à l'échelle mondiale, craignant particulièrement un enlisement de la croissance en zone euro, qui est dans le même temps menacée par la déflation. Pour Aurel BGC, «la question est de savoir quels sont les facteurs pouvant permettre un début de stabilisation du marché».«Les déclarations de banquiers centraux pourraient être un élément stabilisateur», mais, selon le courtier, il faudrait avant tout "des indicateurs économiques +moins mauvais+ qu'anticipé», rappelant que «le risque est macro-économique et non micro-économique». Le marché pourra continuer à se faire une idée de la situation économique avec plusieurs indicateurs au programme jeudi, à commencer par la deuxième estimation de l'inflation pour septembre en zone euro, attendue dans la matinée. L'agenda économique sera par ailleurs riche aux Etats-Unis, avec les demandes hebdomadaires d'allocation chômage, la production industrielle pour septembre et l'activité industrielle dans la région

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant