La Bourse de Paris reprend son souffle

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - A 09H33 (07H33 GMT), l'indice CAC progressait de 5,49 points à 4.047,35 points, après avoir atteint à l'ouverture son plus haut niveau de l'année à 4.059,62 points, et sa meilleure performance depuis mai 2011. La veille il avait fini sur une hausse de 1,25%.

La performance de la Bourse de New York jeudi qui a battu de nouveaux records historiques jeudi ou celle Tokyo vendredi, concourraient à soutenir un indice CAC 40 déjà conforté la veille par de bons indicateurs tant en zone euro qu'aux Etats-Unis et le discours toujours très accommodant de la Banque centrale européenne.

Cette semaine très chargée sur le front macroéconomique s'achève sur un morceau de choix, très attendu par tous les investisseurs: le rapport mensuel sur l'emploi américain en juillet.

Le net recul jeudi des nouvelles inscriptions au chômage outre-Atlantique pour la semaine achevée le 27 juillet, après les bons chiffres des embauches privées mercredi, vient conforter l'idée d'une amélioration du secteur.

"La perspective de bonnes statistiques sur l'emploi aux Etats-Unis soutient les marchés", ont jugé les analystes de Saxo Banque.

"Le rapport mensuel sur l'emploi américain devrait constituer la cerise sur le gâteau à l'issue d'une bonne semaine", a aussi estimé Michael Hewson, analyste à CMC Markets.

Selon lui, les anticipations s'établissent "autour de 190.000 nouvelles créations d'emplois, en légère baisse par rapport aux 195.000 du mois de juin, tandis que le taux de chômage devrait passer de 7,6% à 7,5%".

"De bons chiffres de l'emploi pourraient certainement alimenter" le scénario d'une réduction de la politique d'assouplissement de la Réserve fédérale américaine (Fed) plus rapidement, mais cette situation est à nuancer en raison des craintes persistantes concernant la croissance ou l'inflation, a encore estimé M. Hewson.

Alors que tous les investisseurs se demandent quand la Fed va commencer à réduire la voilure sur ses mesures d'assouplissement, après les avertissements en ce sens lancés par son patron Ben Bernanke, le rapport mensuel sur l'emploi revêt une importance déterminante. De bons chiffres pourrait en effet accélérer le calendrier, certains analystes envisageant même des réductions d'achats d'actifs dès septembre.

Mercredi, la banque centrale américaine a annoncé comme attendu la poursuite de sa politique de soutien exceptionnel à la reprise économique des Etats-Unis, en notant le rythme "modeste" de l'expansion économique au premier semestre.

"Si les banques centrales ont fait les efforts nécessaires pour s'assurer que le mois d'août ne soit pas houleux, les difficultés politiques en Europe pourrait inquiéter sur les perspectives à la rentrée. La condamnation de Silvio Berlusconi et les accusations de corruption à l'encontre de Mariano Rajoy laissent craindre un retour des doutes sur la stabilité politique en Europe", ont toutefois affirmé les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

Outre le rapport mensuel américain, un indicateur est également attendu en zone euro, celui de la production industrielle en juin.

Du côté des valeurs, Axa prenait 2,45% à 17,13 euros après avoir vu son bénéfice net reculer de 3% au premier semestre, à 2,47 milliards d'euros, principalement en raison d'un élément comptable, mais à un niveau conforme aux attentes. Par ailleurs son conseil d'administration va proposer le renouvellement du mandat d'administrateur du PDG Henri de Castries pour quatre années supplémentaires.

Air France-KLM profitait (+1,76% à euros) du relèvement de recommandation à "acheter" contre "neutre" auparavant de la part de la banque Citigroup.

Inside Secure souffrait (-6,12% à 2,30 euros), pénalisé par une perte de 21 millions de dollars au premier semestre, quasiment au même niveau de celle enregistrée l'an dernier, alors que le groupe compte sur sa réorganisation pour redresser ses comptes.

Stef prenait 0,23% à euros alors que le groupe de transport frigorifique est entré en négociation exclusive avec l'actionnaire d'Ebrex France en vue de sa reprise

Catering International et Services (CIS), spécialiste de l'hébergement et de la restauration des salariés sur sites isolés peinait (-2,23% à 22,84 euros), affecté par un recul de son activité au deuxième trimestre.

Dassault Aviation prenait 0,55% à 910 euros, bien que l'Etat ai prévu de ralentir fortement les commandes d'avions de combat Rafale, illustration des efforts demandés aux industriels dans le projet de loi de programmation militaire 2014-2019 présenté vendredi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant