La Bourse de Paris repart en baisse

le
0
L. Grassin
L. Grassin
L'Asie a souffert de cette situation ce matin, avec une majorité de places dans le rouge pour terminer la semaine. Un courant porteur reste malgré tout alimenté par les opérations de fusion acquisitions avérées (dans la pharmacie) ou présumées (entre General Electric et Alstom).

Sur le front macroéconomique, les agences de notation sont de sortie ce matin, avec une perspective améliorée pour l'Italie chez Fitch et une confirmation de la notation souveraine française chez S&P, qui a à l'inverse puni la Russie d'un abaissement aux portes de la catégorie spéculative. Cet après-midi, les marchés suivront avec intérêt l'indice du moral du sacrosaint consommateur américain, à 15h55.

Le rythme des publications trimestrielles ralentit légèrement, vendredi oblige, mais quelques dossiers de premier plan sont encore annoncés à Wall Street avant l'ouverture, dont Ford, AbbVie, Tyco, State Street, Aon, Whirlpool, Colgate-Palmolive, Moody's et Covidien. En France, Vinci, Kering, Renault, Peugeot et Technicolor se sont aussi frottés à l'exercice depuis hier soir.

WALL STREET

Wall Street a fini sans tendance jeudi soir, après une nouvelle avalanche de publications d'entreprises américaines, et les craintes persistantes autour de la situation en Ukraine. Apple s'est tout de même affiché en vive progression après avoir dévoilé des résultats trimestriels solides, alors que Facebook a fini sa course en légère baisse

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant