La Bourse de Paris repart de l'avant

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Le CAC 40 tente de nouveau de gagner les 4.300 points ce matin, à la faveur d'une hausse de 0,45%. Le début de semaine sera marqué par de nombreux indicateurs et par la réunion des deux grandes banques centrales du Vieux Continent. 

Les chiffres de l'emploi américain d'octobre clôtureront les débats vendredi prochain. Côté sociétés, c'est Alcatel-Lucent qui fait l'actualité à Paris, avec l'annonce d'une augmentation de capital massive à 2,10 Euros. Le titre résiste bien dans les premières minutes, ne cédant finalement que 4% dans les échanges peu avant 9h30, preuve du changement d'opinion des investisseurs sur le dossier.

WALL STREET

Wall Street a fini dans le vert vendredi soir, après deux séances consécutives de baisse. Les publications trimestrielles d'entreprises se sont poursuivies outre-Atlantique, avec notamment AIG, Chevron ou encore First Solar. Sur le front macroéconomique, les investisseurs ont pris connaissance d'un indice ISM manufacturier plus robuste que prévu en octobre. Par ailleurs, les principaux constructeurs automobiles américains ont dévoilé des ventes mensuelles solides dans l'ensemble malgré le "shutdown". Le DJIA a clôturé en hausse de 0,45% à 15.615 pts, le Nasdaq monte de 0,06% à 3.922 pts, et le S&P500 a progressé de 0,29% à 1.762 pts.

ECO ET DEVISES

En Europe, la matinée sera consacrée aux indicateurs PMI manufacturiers définitifs, notamment celui de la France (09h50 : consensus 49,4) et de la zone euro (10h00 : consensus 51,3). Aux Etats-Unis, les commandes industrielles de septembre sont prévues à 16h00 (consensus +1,8%).

La parité euro / dollar atteint 1,3479 ce matin. Le baril de Brent se négocie 106,23$ et le WTI 94,57$ pour l'échéance de décembre. L'once d'or se traite 1.313$ (-0,21%).

VALEURS EN HAUSSE

* Eurofins Scientific (+1,70% à 205,20 Euros) : la société a publié des revenus en forte progression après neuf mois d'activité, même s'ils semblent tomber un peu courts par rapport aux prévisions de la place. La croissance organique semble malgré tout être au rendez-vous. A confirmer avec les premiers commentaires d'analystes. Eurofins a enregistré 882,2 millions d'euros de chiffre d'affaires après neuf mois d'activité en 2013, soit une croissance de 17,5% en glissement annuel en données publiées, et de "plus de 6%" en organique. Le management précise que sur une base comparable hors restructurations importantes, l'activité est en hausse de 7,5%. A l'issue du premier semestre, l'activité s'affichait en progression de 18,7%, dont 6% en organique. Portzamparc visait 891,8 millions d'euros de revenus et Oddo 891,5 millions d'euros. Gilbert Dupont avait des anticipations plus modestes, à 885,9 millions d'euros, qui restent cependant supérieures à ce qui a été annoncé. Le CEO Gilles Martin a souligné que la croissance organique reste positionnée au-delà des objectifs internes, et "reste confiant" dans la capacité de l'entreprise à réaliser les prévisions 2013, soit un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros et un EBITDA ajusté de 210 millions d'euros.

VALEURS EN BAISSE

* Alcatel-Lucent (-3,40% à 2,87 Euros) : va donc lever 955 millions d'euros (environ 13,8% de la capitalisation boursière actuelle de l'équipementier, soit 6,92 milliards d'euros), à 2,10 euros par action (décote de 29,3% environ sur le dernier cours coté). L'opération est garantie par un syndicat bancaire, signe que la société n'effraie plus autant que par le passé. En parallèle, le franco-américain a l'intention de lancer une émission d'obligations de type high yield pour 750 millions de dollars. Il a également signé une lettre d'engagement pour la mise en place d'une ligne de crédit renouvelable syndiquée d'un montant de 500 millions d'euros.

* Air France KLM (-1,60% à 7,30 Euros) : la compagnie aurait posé des conditions drastiques à sa participation au sauvetage d'Alitalia. Selon le quotidien italien 'Il Sole 24 Ore' publié dimanche, la compagnie franco-néerlandaise exigerait notamment la suppression de 5.000 emplois chez Alitalia pour participer à l'augmentation de capital de la dernière chance de la compagnie aérienne italienne. Ce nombre correspondrait à plus du double de ce qui est prévu par la direction d'Alitalia dans le cadre de son plan de sauvetage, précise le journal. Air France-KLM, qui détient 25% du capital d'Alitalia, aurait communiqué "il y a dix jours environ" sa liste de conditions au ministre des Transports italien Maurizio Lupi. Outre 5.000 suppressions de postes, Air France KLM exigerait aussi la démission de l'actuel conseil d'administration, ainsi que l'élaboration d'un nouveau plan de restructuration visant à réduire de 70% à 80% l'endettement de près d'un milliard d'euros de la société italienne déficitaire. Air France KLM a jusqu'à la mi-novembre pour décider de participer ou non à l'augmentation de capital de 300 millions d'euros dont le principe a été voté à la mi-octobre. Pour l'instant, ni la compagnie franco-néerlandaise, ni l'entourage de Maurizio Lupi, n'ont réagi à ces informations de presse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant