La Bourse de Paris manque de souffle en attendant les banques centrales (+0,09%)

le
0

La Bourse de Paris hésitait jeudi en milieu de séance (+0,09%), le marché manquant de souffle en attendant d'en savoir davantage sur les intentions des banques centrales des deux côtés de l'Atlantique.

A 12H10 (11H10 GMT), l'indice CAC 40 grignotait 4,19 points à 4.505,33 points dans un volume d'échanges de 921 millions d'euros. La veille, il avait reculé de 0,78%.

La cote a ouvert en très léger recul avant de repasser en territoire positif, sans parvenir néanmoins à progresser franchement.

"Après une semaine hors norme post élection américaine, ayant engendré une rotation sectorielle de grande envergure, les marchés devraient commencer à se stabiliser", observe dans une note Thierry Claudé, un gérant de Barclays Bourse.

Les investisseurs s'intéresseront tout particulièrement au discours de Janet Yellen, la présidente de la Réserve fédérale américaine, qui va s'exprimer -- pour la première fois depuis l'élection de Donald Trump le 8 novembre -- devant le Congrès en cours de séance.

Ils seront à l'affût d'indication sur la politique monétaire de la Fed et ses intentions de relèvement des taux d'intérêt, dans un nouveau contexte. Donald Trump a en effet promis un plan de relance économique qui fait anticiper une hausse de l'inflation.

"L'enjeu des mois à venir devrait désormais tourner autour de la thématique des taux d'intérêt, dont la hausse aurait des conséquences significatives sur les activités à fort endettement", estime Thierry Claudé.

Le compte-rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne sera également suivi de près.

Le marché avait par ailleurs plusieurs indicateurs clef à digérer.

L'inflation dans la zone euro a légèrement accéléré en octobre, les prix ayant progressé de 0,5% sur un an, son taux le plus élevé depuis 27 mois.

L'inflation américaine devait également être publiée.

Ces statistiques sont scrutées attentivement par les banques centrales lorsqu'elles déterminent leur politique monétaire à venir.

Par ailleurs, aux Etats-Unis, les chiffres des mises en chantier de logements en octobre et de l'activité industrielle dans la région de Philadelphie pour novembre sont attendus dans l'après-midi, tout comme les demandes hebdomadaires d'allocation chômage.

Au Royaume-Uni, les ventes au détail ont bondi de 1,9% en octobre sur un mois en volume, une donnée rassurante pour l'état de l'économie du pays.

Sur le plan des valeurs, Sodexo cédait 1,98% à 96,85 euros, fragilisé par une baisse de 9% de son bénéfice net 2015/2016, liée aux coûts de son plan d'économies de 200 millions d'euros.

LVMH prenait 1,54% à 165,00 euros après l'annonce de la mise en oeuvre d'un programme de rachat de ses actions, destinées à être annulées, pour un montant global de 300 millions d'euros.

Pharmagest s'appréciait (+4,66% à 32,36 euros), dopé par un chiffre d'affaires en hausse de 17%, à 30 millions d'euros au troisième trimestre.

Foncière des Régions (FDR) prenait 0,44% à 75,16 euros après avoir signé un accord avec Crédit Agricole Assurances et EDF Invest pour la cession de 40% d'un ensemble d'immeubles de bureaux loués à Telecom Italia, d'une valeur de 620 millions d'euros.

Seb lâchait à l'inverse 1,02% à 126,35 euros après un abaissement de sa recommandation à "neutre" par UBS.

Les valeurs liées au secteur financier étaient mal orientées, à l'image de Crédit Agricole (-1,99% à 10,58 euros), Société Générale (-0,59% à 39,77 euros), BNP Paribas (-0,31% à 54,01 euros) et Natixis (-2,04% à 4,51 euros).

lem/ef/ggy


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant