La Bourse de Paris finit en repli (-0,56%), tout enthousiasme éteint

le
0

La Bourse de Paris a de nouveau marqué le pas (-0,56%) mercredi, le marché semblant pris de timidité sur fond d'incertitudes variées, démentant la tradition de la hausse de fin d'année.

L'indice CAC 40 a reculé de 30,14 points à 5.352,77 points, dans un volume d'échanges modéré de 2,9 milliards d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,69%.

Après avoir ouvert proche de l'équilibre, la cote parisienne a ensuite perdu du terrain sans parvenir à se redresser.

L'élan impulsé en début de semaine par l'imminence du vote de la réforme fiscale américaine semblait bel et bien révolu.

"Plusieurs éléments ont un impact sur le marché", relève auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste pour IG France.

La réforme de la fiscalité promise par le président américain Donald Trump est certes sur le point d'être adoptée, après avoir été votée mardi soir au Sénat. Mais les marchés actions ayant déjà beaucoup monté dans l'anticipation de ce texte, leur enthousiasme semblait s'étioler.

Et ce d'autant plus que des questions se posent sur la date de la signature de la réforme par Donald Trump, ajoute Alexandre Baradez.

En outre, la correction sur le marché obligataire souverain après des commentaires pro-resserrement monétaire de la part de certains membres de la Banque centrale européenne pesait.

Plus globalement, "la question du risque politique en Europe" perturbait un peu les opérateurs, estime M. Baradez, à la veille des élections en Catalogne.

"On se demande aussi s'il y aura dissolution du Parlement en Italie entre Noël et le jour de l'An", ajoute-t-il.

"Cela crée un climat qui n'est pas serein, ce qui amène les gérants à faire des arbitrages", résume le spécialiste.

- Secteur technologique en recul -

Du côté des indicateurs, l'agenda était presque vide, à l'exception des reventes de logements aux Etats-Unis, qui ont fortement augmenté en novembre, dépassant les attentes des analystes.

Sur le front des valeurs, Crédit Agricole lâchait 0,81% à 14,16 euros. Le groupe a renoncé à verser un dividende augmenté à certains actionnaires, sur injonction des autorités de supervision bancaire qui jugent ce mécanisme non conforme à la réglementation européenne.

Thales a cédé 1,18% à 91,23 euros, après que l'agence de notation Standard and Poor's a placé la note "A-" du groupe sous surveillance négative en vue d'un éventuel abaissement, suite à l'annonce du rachat de Gemalto (+0,29% à 49,50 euros).

TechnipFMC a progressé de 3,45% à 24,89 euros, profitant de l'annonce d'un contrat auprès de la société d'exploration et de production VNG Norge AS, lié à son projet Fenja en mer de Norvège, pour plus de 250 millions de dollars.

Le secteur technologique a globalement terminé dans le rouge à l'image d'Atos (-0,80% à 123,50 euros), STMicroelectronics (-1,60% à 18,40 euros) ou encore Worldline (-2,32% à 40,07 euros).

Figeac Aero s'est en revanche envolé de 9,54% à 17,69 euros, profitant de la confirmation de ses objectifs après un bond de plus de 20% de son bénéfice net au premier semestre de son exercice décalé.

Albioma a pris 1,88% à 20,05 euros, fort de l'annonce mardi de l'acquisition auprès du groupe sucrier Jalles Marchado de 60% du capital d'une centrale de cogénération dans l'Etat de Goias (centre du Brésil).

lem/soe/pb


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant