La Bourse de Paris finit avec un enthousiasme modéré sur fond de prudence (+0,43%)

le
0

La Bourse de Paris a terminé lundi avec un enthousiasme modéré (+0,43%), les investisseurs restant prudents tout en continuant de miser sur les aspects considérés comme positifs du programme économique de Donald Trump.

L'indice CAC 40 a gagné 19,28 points à 4.508,55 points, dans un volume d'échanges de 3,7 milliards d'euros. Vendredi, le marché parisien avait lâché 0,92%.

Parmi les autres marchés européens, Londres a pris 0,34% et Francfort 0,24%. L'Eurostoxx 50 a gagné 0,32%.

"Le marché est soutenu, mais ce n'est pas l'euphorie non plus car il reste des zones d'ombres à éclaircir", relève auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste pour Saxo Banque.

L'indice a d'ailleurs confortablement démarré dans le vert avant de ralentir en cours de séance, faute de moteur pour dépasser très largement le cap symbolique des 4.500 points.

"Les dépenses en infrastructures et l'allègement de la régulation sur le système bancaire" promis par le futur président américain Donald Trump "sont perçus positivement", poursuit M. Tuéni.

Néanmoins, la tendance, si elle "reste positive, est prudente, car il y a beaucoup d'éléments contrariants", ajoute-t-il.

Le marché conserve des questions sur la mise en oeuvre du programme économique du président élu. Par ailleurs, les anticipations d'une hausse de l'inflation entraînent depuis plusieurs jours le relèvement des taux d'intérêt obligataires.

Depuis longtemps, "il n'y a pas eu de configuration semblable, avec une hausse des taux sur le marché obligataire au même moment qu'une hausse sur les marchés actions", note M. Tuéni.

Traditionnellement, lorsque les taux sont bas, offrant peu d'attrait immédiat en termes de rendements pour les investisseurs, ceux-ci se reportent sur le marché des actions.

Dans cette situation particulière, les investisseurs ont eu quelques statistiques à digérer.

En Chine, les ventes au détail, l'un des moteurs de la croissance du géant asiatique, se sont essoufflées, illustrant les déséquilibres et la conjoncture toujours précaire de la deuxième économie mondiale.

En zone euro, la production industrielle a reculé de 0,8% en septembre.

Du côté des valeurs, Axa a pris 2,53% à 22,71 euros après l'annonce d'un accord avec le groupe américain Marsh en vue de lui céder Bluefin, son activité de courtage en assurance dommages pour les entreprises au Royaume-Uni.

Veolia a fini en queue de peloton au sein du CAC (-4,47% à 16,24 euros), pénalisé par un changement de sa recommandation de "surpondérer" à "neutre" par Exane.

Les valeurs bancaires ont continué pour leur part de profiter d'une hausse des taux sur le marché de la dette d'Etat. BNP Paribas a pris 1,66% à 55,66 euros, Société Générale 1,70% à 40,47 euros et Crédit Agricole 1,54% à 10,85 euros.

Bureau Veritas a pâti (-2,21% à 16,83 euros) d'un abaissement de recommandation à "conserver" par les analystes de Jefferies.

Suez (-1,80% à 12,79 euros) a pour sa part été tiré vers le bas. Le groupe a racheté une unité de traitement de déchets dangereux en Allemagne au chimiste américain Dow Chemical.

lem/fpo/nth


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant