La Bourse de Paris fait une pause

le
0
L. Grassin
L. Grassin

(lerevenu.com) - La Bourse de Paris évoluait en baisse vendredi matin (-0,27%), marquant une pause à l'orée d'une séance dépourvue de rendez-vous économique et au lendemain de l'accueil positif réservé à la décision surprise de la Fed.

A 09H26 (07H26 GMT), l'indice CAC 40 perdait 11,37 points à 4.194,67 points. La veille, l'indice parisien avait pris 0,85%, atteignant son nouveau plus haut de l'année, après la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) de maintenir sa politique de soutien à l'économie.

"Les marchés reprennent leurs esprits après la Fed", soulignent les analystes chez Saxo Banque.

Le CAC 40 a salué jeudi la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed) de maintenir en l'état sa politique monétaire et notamment ses rachats d'actifs, facteur de soutien essentiel à l'ensemble des marchés.

Vendredi devrait être l'occasion pour le marché parisien de souffler un peu d'autant que Wall Street a terminé jeudi sans direction.

"L'impact positif sur les marchés financiers de la décision de la Fed de ne pas agir (pour le moment) semble déjà s'estomper, une série d'indicateurs économiques américains bien orientés, publiés hier, modérant les anticipations de report du moment où la Fed va modifier le sens de sa politique monétaire", observent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

La séance de vendredi est par ailleurs privée de tout indicateur tant en Europe qu'aux États-Unis.

En zone euro, les investisseurs se préparent principalement aux élections en Allemagne de ce week-end.

"Les élections législatives en Allemagne, qui se tiendront dimanche, ne devraient pas changer la donne à court terme", mais elles sont importantes "car elles sont le point de départ d'un changement potentiel d'attitude des dirigeants allemands concernant plusieurs sujets structurels pour l'Europe, dont l'Union bancaire", selon Crédit Mutel-CIC.

Parmi les valeurs, les titres qui avaient profité de la Fed reculaient, à l'image de Renault (-0,64% à 60,89 euros), Lafarge (-0,79% à 51,81 euros), ArcelorMittal (-1,89% à 10,66 euros) et Eramet (-2,03% à 79,00 euros).

Les banques étaient également en baisse, avec BNP Paribas (-0,10% à 50,90 euros), Crédit Agricole (-0,61% à 8,30 euros) et Société Générale (-0,65% à 37,98 euros).

En revanche, le secteur immobilier restait bien orienté. Unibail-Rodamco prenait 0,32% à 186,85 euros et Klépierre 2,07% à 32,33 euros.

Vinci perdait 0,51% à 42,77 euros. Le groupe va récupérer environ 140 millions d'euros en cédant 23,42% du capital du belge CFE.

Par ailleurs, l'État a conclu un accord sur le contrat de concession du Stade de France, détenu par un consortium, incluant Vinci et Bouygues (-0,41% à 26,84 euros), qui supprime pour quatre ans une indemnité qu'il doit verser.

Bioalliance Pharma souffrait (-4,29% à 4,02 euros) après avoir annoncé une perte nette de 7,5 millions d'euros au premier semestre.

Cegedim perdait 4,53% à 20 euros après avoir revu légèrement en baisse sa prévision de chiffre d'affaires 2013.

Enfin, Rougier reculait (-5,09% à 27,05 euros). La société a creusé ses pertes au premier semestre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant