La Bourse de Paris en petite baisse après Wall Street (-0,32%)

le
0

La Bourse de Paris restait en repli mercredi après l'ouverture en recul de Wall Street (-0,32%), les investisseurs digérant quelques indicateurs de bonne facture outre-Atlantique.

A 15H40 (14H40 GMT), l'indice CAC 40 cédait 17,15 points à 5.358,38 points dans un volume d'échanges de 1,6 milliard d'euros. La veille, l'indice avait fini en recul de 0,26%.

Après une ouverture dans le rouge, la cote parisienne est restée mal orientée, limitant toutefois ses pertes en cours d'après-midi sur fond de petit repli de l'euro, lequel profitait aux valeurs exportatrices.

L'élan donné en début de semaine par le vote par le Sénat américain de la réforme fiscale promise par Donald Trump semblait en tout cas laisser place à davantage de prudence.

"Les marchés subissent des prises de bénéfices et s'inscrivent dans une période d'indécision qui pourrait durer encore quelque temps", a relevé dans une note Franklin Pichard, le directeur général de Kipling Finance.

"2017 fut une bonne année pour les actions mondiales et il semble que les opérateurs de marché réduisent leurs positions alors qu'on approche de la fin de l'année", a observé pour sa part David Madden, analyste chez CMC Markets.

Du côté des indicateurs, la séance était animée outre-Atlantique par les chiffres ADP de l'emploi dans le secteur privé pour novembre, prélude au rapport mensuel du ministère du travail qui sera dévoilé vendredi.

Le mois dernier, le secteur privé a créé 190.000 nouveaux postes, comme s'y attendaient les analystes.

Les Etats-Unis ont aussi publié la productivité au troisième trimestre, laquelle a progressé de 3%, la plus robuste progression depuis trois ans bien qu'un peu moins forte que prévu.

Avant cela, l'Allemagne avait dévoilé ses commandes industrielles pour octobre, lesquelles ont déjoué favorablement les attentes, leur volume progressant de 0,5% sur un mois.

Elior Group chutait de 11,70% à 16,15 euros, pénalisé par un résultat net en baisse de 15,4% pour son exercice décalé 2016/17.

Le secteur bancaire était aussi en berne à l'image de Crédit Agricole (-1,81% à 13,83 euros) et Société Générale (-0,88% à 42,36 euros).

BNP Paribas était également morose (-0,99% à 62,88 euros). L'Autorité des marchés financiers (AMF) a conclu un accord avec la banque, mise en cause pour la faiblesse de ses obligations de contrôle de la transmission d'informations privilégiées, prévoyant le versement d'une transaction financière de 390.000 euros.

Le secteur technologique était déprimé dans le sillage du Nasdaq la veille. STMicroelectronics reculait de 4,40% à 17,94 euros et Soitec 4,40% à 58,02 euros.

EDF prenait 2,47% à 11,18 euros après le redémarrage du réacteur 2 de la centrale de Tricastin. Le redémarrage des autres réacteurs de la centrale aura lieu dans les prochains jours.

lem/ef/az


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant