La Bourse de Paris en manque de carburant (-0,40%) à mi-séance

le
0

La Bourse de Paris perdait du terrain (-0,40%) mercredi à la mi-journée, les investisseurs peinant à trouver de nouveaux moteurs à quelques jours des fêtes de fin d'année malgré l'adoption quasiment actée de la réforme fiscale aux Etats-Unis.

A 12H40 (11H40 GMT), l'indice CAC 40 se repliait de 21,54 points à 5.361,37 points, dans un volume d'échanges de 914 millions d'euros. La veille, il avait fini en recul de 0,69%.

Après avoir ouvert proche de l'équilibre, la cote parisienne a perdu un peu de terrain dans la matinée, sans parvenir à tirer profit de l'adoption quasiment actée de la réforme fiscale américaine.

"Les marchés actions européens sont atones ce matin" après que le Congrès américain a voté en faveur de la réforme fiscale, même si un nouveau vote est nécessaire ce mercredi en raison d'un problème technique intervenu mardi, a commenté dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets.

Un couac de procédure a en effet gâché la dernière ligne droite du marathon parlementaire mardi soir: trois articles non conformes aux règles parlementaires ont dû être retoqués in extremis par le Sénat, forçant la Chambre à revoter ce mercredi.

Mais les marchés actions ayant déjà enregistré une solide progression dernièrement, en particulier ce lundi, "dans l'espoir que le gouvernement américain approuverait les nouveaux changements apportés au système fiscal, il semble que la pression à l'achat se soit désormais essoufflée", a ajouté M. Madden.

D'autant qu'en Europe, ont rappelé les analystes du courtier Aurel BGC, "il ne faut pas oublier que la Catalogne vote dès demain à l'occasion des régionales anticipées convoquées par Madrid" et que le résultat du scrutin reste "très incertain" même si l'organisation d'un nouveau référendum sur l'indépendance paraît "peu probable".

"A court terme, les marchés pourraient finalement végéter, à quelques jours du début des vacances de Noël", ont-ils conclu.

- Figeac Aero en grande forme -

Du côté des indicateurs, peu de données devraient tenir en haleine les investisseurs, à l'exception des reventes de logements en novembre aux Etats-Unis.

Sur le front des valeurs, Crédit Agricole SA, entité cotée du groupe mutualiste, lâchait 1,02% à 14,13 euros. Il a renoncé à verser un dividende augmenté à certains actionnaires, sur injonction des autorités de supervision bancaire qui jugent ce mécanisme de fidélisation non conforme à la réglementation européenne.

Iliad perdait 2,10% à 195,35 euros après que le groupe, maison mère de Free, et son fondateur Xavier Niel ont pris mercredi conjointement le contrôle de l'opérateur historique irlandais eir, renforçant l'empreinte européenne du groupe qui doit déjà lancer ses offres commerciales en Italie début 2018.

Figeac Aero s'appréciait de 5,76% à 17,08 euros, profitant de la confirmation mercredi de ses objectifs après un bond de plus de 20% de son bénéfice net au premier semestre de son exercice décalé, à 15,7 millions d'euros.

Albioma gagnait 2,18% à 20,11 euros, fort de l'annonce mardi de l'acquisition auprès du groupe sucrier Jalles Marchado de 60% du capital d'une centrale de cogénération dans l'Etat de Goias (centre du Brésil).

Rexel cédait 0,52% à 15,21 euros après l'annonce de la vente de ses activités en Asie du Sud-Est au fonds American Industrial Acquisition Corporation Group (AIAC), dans le cadre de son programme de cessions présenté en février 2017.

jra/soe/php


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant