La Bourse de Paris en légère baisse

le
0
DR
DR
La conférence de presse de la BCE sur la politique monétaire à suivre, ainsi que l'annonce des taux d'intérêt, se dérouleront dès 13h45. Les investisseurs attendent des taux en baisse de 0,25% à 0,50%, contre un niveau de 0,75% que la BCE maintient depuis Juillet 2012. Une baisse de 0,50% serait toutefois Dans cette attente, le CAC40 cède du terrain, reculant de 0,45% à 3.840 points, avec côté valeurs, des déceptions sur Sanofi qui cède du terrain avec un bénéfice inférieur aux attentes. Bureau Veritas souffre encore plus, après avoir annoncé que son chiffre d'affaires devrait être inférieur à ses objectifs.

WALL STREET

Wall Street a consolidé hier, après des chiffres décevants de l'emploi américain et un communiqué monétaire de la Fed laissant entrevoir la possibilité d'augmenter... ou de diminuer les assouplissements quantitatifs. Le DJIA abandonnait 0,94% en clôture à 14.701 pts, tandis que le Nasdaq reculait de 0,89% à 3.299 pts. La banque centrale américaine a expliqué hier soir avoir pris acte du récent ralentissement de l'inflation et son ancrage à moyen terme.

ECO ET DEVISES

Au programme aujourd'hui en Europe, l'indice PMI manufacturier français d'avril (09h50 : consensus 44,4), suivi de son homologue pour la zone euro (10h00 : consensus 46,5), et de l'annonce de la BCE sur les taux (13h45 : consensus -25 points de base à 0,5%).

Aux Etats-Unis, l'étude Challenger sur l'emploi d'avril (13h30) sera suivie des inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30 : consensus 345.000 demandes nouvelles et 3,03 millions de demandes continues), de la productivité trimestrielle non-agricole du 1er trimestre (14h30 : consensus +1%) et de la balance commerciale de mars (14h30 : consensus -42,3 milliards de dollars).

La parité euro / dollar atteint 1,3169 ce matin. Le baril de Brent se négocie 100,09$ et le WTI 91,03$ pour l'échéance de juin. L'once d'or se traite 1.454$ (-0,20%).

VALEURS EN HAUSSE

* Capgemini (+2,50% à 35,82 Euros) : a dévoilé ce matin des revenus trimestriels de 2,499 milliards d'euros, en retrait de -1,7% en organique et de -2,6% en publié, soit une baisse limitée compte-tenu du nombre de jours ouvrables inférieur. Le ratio "book to bill" des activités de conseil, intégration et services de proximité, c'est-à-dire le rapport entre entrées de commandes et facturations, est favorable à 1,07 grâce à une accélération en mars après un début d'année difficile. En revanche, les entrées de commandes globales ne s'établissent qu'à 2,17 milliard d'euros. Le groupe maintient ses objectifs pour 2013 et continue de prévoir une croissance de son chiffre d'affaires à taux de change et périmètre constants comparable à celle de 2012 (+1,2%), pour un taux de marge opérationnel supérieur à 8,3% avant amortissement des actifs incorporels reconnus lors des acquisitions (soit plus de 8% en données publiées). Le free cash-flow organique cumulé sur la période 2012-2013 devrait être compris entre 750 et 800 millions d'euros.

* Rexel (+0,10% à 16,73 Euros) : le distributeur de matériel électrique a connu un premier trimestre difficile, grevé par un nombre de jours ouvrés défavorable et par une activité économique atone. Le chiffre d'affaires de la période a reculé de -2,3%, et même de -3,7% sur une base comparable, à 3,15 milliards d'euros, et l'EBITA de -19% à 148,8 millions d'euros, soit une marge qui perd 1 point à 4,7%. Le résultat net est divisé par plus de deux à 43,1 millions d'euros. En données récurrentes, il aurait baissé de -22,4% à 66,7 millions d'euros. La dette nette s'est accrue de 26% à 2,73 milliards d'euros. La principale satisfaction de la période réside dans une marge brute qui aurait grappillé quelques points sur une base comparable, à 25% contre 24,85% un an avant. Le président du directoire, Rudy Provoost, confirme les objectifs 2013, soit une croissance organique des ventes légèrement positive sur l'ensemble de l'année, une marge d'EBITA ajusté stable à 5,7% et un flux net de trésorerie disponible avant intérêts et impôts de plus de 600 millions d'euros, soit de 300 millions d'euros environ après ces éléments.

* Carrefour (+1,65% à 22,28 Euros) : après un partenariat de 17 ans, le distributeur et le holding turc Sabanci ont décidé de réorganiser la gouvernance de leur société commune CarrefourSA. Sabanci prend le contrôle en rachetant 12% de la co-entreprise au français pour 60 millions d'euros. Carrefour conservera 46,2% du capital. Sabanci Holding détiendra 50,8% de CarrefourSA et assurera ainsi la conduite d'une nouvelle étape, dans laquelle sa connaissance du pays et du marché seront mises au service de sa filiale commune avec Carrefour. La réalisation définitive de la transaction devrait intervenir d'ici juillet 2013.

* Casino (+0,50% à 82,47 Euros) : a décidé de soumettre une demande reconventionnelle dans le cadre de la procédure d'arbitrage lancée pour solder son différent avec son ancien allié brésilien Abilio Diniz. Le distributeur entend faire reconnaître qu'il y a conflit d'intérêt entre l`élection de Monsieur Diniz à la présidence du conseil d`administration de Brasil Foods ("BRF"), l`un des plus importants fournisseurs de CBD, sans que l'intéressé ne démissionne de la présidence du conseil d`administration de CBD. Selon Casino, ce conflit d'intérêt viole le droit brésilien et le pacte d'actionnaires signé avec Monsieur Diniz dans CBD.

* EDF (+0,50% à 17,06 Euros) : le chiffre d`affaires du groupe au premier trimestre 2013 s`élève à 23,4 milliards d`euros, en croissance de 12,1% par rapport au premier trimestre 2012 du fait principalement de l`impact de la consolidation par intégration globale d`Edison. La hausse à périmètre et à change constants est de 4,7%. Le groupe EDF confirme ses objectifs financiers pour 2013, notamment une croissance organique de l`EBITDA hors Edison comprise entre 0% et 3%.

VALEURS EN BAISSE

* Sanofi (-1,75% à 81,75 Euros) : a démarré son exercice par des comptes en retrait, sans grande surprise, même si le bénéfice net est inférieur à ce que prévoyaient les analystes interrogés par Bloomberg. Le chiffre d'affaires du laboratoire a atteint 8,06 milliards d'euros sur la période, soit 2,8% de moins qu'un an avant sur une base comparable et -5,3% en publié. Le bénéfice net des activités est de son côté en retrait de -28,8% à 1,61 milliard d'euros, contre 1,77 milliard au consensus Bloomberg, soit 1,22 euro par action. Le laboratoire évalue à 0,42 euro par action l'impact de la perte du brevet Plavix et Avapro aux Etats-Unis. Le cash-flow opérationnel du premier trimestre a atteint 1,158 milliard d'euros. La dette nette a baissé de 7,719 à 7,440 milliards d'euros en trois mois. Plus précisément, le premier trimestre ne remet pas en cause les anticipations annuelles. Le bénéfice net par action des activités de l'exercice est attendu entre stable et -5%, à taux de change constants, par rapport à 2012, sauf événements défavorables imprévus.

* Bureau Veritas (-6,60% à 86,84 Euros) : au 1er trimestre 2013, le chiffre d'affaires progresse de 7,2% à 930,6 millions d'euros. Dans un environnement économique difficile, la croissance organique a été de 4,8%. L'endettement financier net ajusté du groupe a légèrement progressé par rapport au niveau du 31 décembre 2012. En 2013, le groupe devrait enregistrer une croissance solide de son chiffre d'affaires et de son résultat opérationnel ajusté, en ligne avec les objectifs du plan stratégique BV2015 et ce, malgré un environnement économique difficile en Europe. La croissance organique en 2013 sera légèrement en dessous de la fourchette de 6 à 8%, le choix étant de favoriser la profitabilité.

Finance Plus, édité par le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant