La Bourse de Paris échaudée par des doutes sur la présidentielle américaine (-0,78%)

le
0

La Bourse de Paris a achevé la séance dans la morosité vendredi (-0,78%), le marché semblant échaudé par des incertitudes sur l'issue de l'élection présidentielle américaine.

L'indice CAC 40 a cédé 34,22 points à 4.377,46 points dans un volume d'échanges de 3,09 milliards d'euros. La veille, il avait fini à l'équilibre (-0,07%).

"Il y a beaucoup d'anxiété avant les élections américaines", relève auprès de l'AFP Andrea Tuéni, analyste pour Saxo Banque.

"Le scénario d'une victoire du républicain Donald Trump reprend de l'épaisseur, or il n'est pas du tout le candidat favori des investisseurs", poursuit-il.

Alors que la candidate démocrate Hillary Clinton disposait d'une avance claire dans les sondages courant octobre face à son rival républicain, l'écart a fondu ces derniers jours, apportant de la fébrilité sur les marchés financiers.

Dans ce contexte, la cote parisienne a passé la séance dans le rouge.

"Il y a un rééquilibrage et le marché est revenu à un environnement d'aversion au risque", estime M. Tuéni.

Dans ces conditions, même les chiffres de l'emploi outre-Atlantique, toujours scrutés avec attention, n'ont pas suffi à modifier la tendance.

Le taux de chômage a reculé en octobre grâce à des créations d'emplois soutenues, même si elles sont un peu en deçà des prévisions des analystes, selon les données du département du Travail publiées vendredi.

"L'indicateur est bon, avec des salaires en augmentation, au-dessus du consensus", rapporte Andrea Tuéni.

Ces statistiques n'ont cependant que peu animé le marché.

"Cela montre bien que ce qui compte, c'est le résultat du scrutin de la semaine prochaine. Les investisseurs préfèrent prendre de la distance", conclut M. Tuéni.

En termes de valeurs, L'Oréal a gagné 2,17% à 165,10 euros, grâce à un rebond au troisième trimestre avec des ventes supérieures aux attentes.

Axa a perdu 2,93% à 19,39 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires stable sur les neuf premiers mois de l'année.

EDF a souffert (-3,24% à 9,78 euros) d'un nouvel abaissement de son objectif de production nucléaire et son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) pour 2016.

JCDecaux a plongé (-9,79% à 24,34 euros), lesté par la prévision d'un recul de ses ventes en organique au quatrième trimestre.

LafargeHolcim s'est de son côté apprécié de 1,56% à 47,56 euros, soutenu par un bénéfice net en hausse de 35% pour le troisième trimestre.

Spie a reculé de 1,45% à 16,64 euros alors que le groupe a confirmé ses objectifs pour 2016 malgré une baisse de son chiffre d'affaires et de son bénéfice opérationnel (Ebita) sur les neuf premiers mois de l'année.

Nexans a reflué de 2,25% à 48,50 euros, affecté par un chiffre d'affaires en recul de 7,6% au troisième trimestre.

lem/fpo/az


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant