La Bourse de Paris démarre timidement une séance sans rendez-vous majeur (+0,21%)

le
0

La Bourse de Paris démarrait timidement lundi matin (+0,21%), les investisseurs ayant peu de grain à moudre à l'occasion d'une séance qui s'annonce calme en l'absence de rendez-vous majeur.

A 09H31 (08H31 GMT), l'indice CAC 40 prenait 9,60 points à 4.513,95 points. Vendredi, le marché avait marqué le pas, reculant de 0,52%.

La semaine s'annonce relativement calme puisqu'elle "sera coupée par Thanksgiving (jeudi), avant le Black Friday (journée de soldes, NDLR) du lendemain et le Cyber-Monday (soldes sur Internet, NDLR) du début de semaine prochaine", anticipent les stratégistes du courtier Aurel BGC.

"De nombreux investisseurs américains seront éloignés des marchés", ajoutent-ils, rappelant que "Wall Street sera fermé jeudi et ouvert pour une demi-séance vendredi".

La future politique économique de Donald Trump pourrait rester "le principal fil conducteur", estime pour sa part Jasper Lawler, un analyste de CMC Markets. Dimanche soir, le président élu américain a laissé entendre que de nouvelles nominations étaient imminentes.

"Le focus du week-end a globalement été politique", rappelle de son côté Chris Weston, un stratégiste de IG.

Les investisseurs ont pris connaissance de l'intention d'Angela Merkel de briguer un quatrième mandat de chancelière l'an prochain, avec l'objectif notamment de défendre les valeurs démocratiques face à la montée des populismes en Allemagne et dans le monde.

En France, le premier tour de la primaire de droite a vu François Fillon arriver largement en tête, loin devant Alain Juppé, Nicolas Sarkozy se faisant sèchement éliminer.

Côté indicateurs, les investisseurs avaient peu de choses à se mettre sous la dent en dehors d'un excédent commercial en hausse de 373,5% sur un an au Japon, le résultat étant cependant inférieur aux attentes des économistes.

Ils suivront par ailleurs un discours du président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi devant le Parlement européen.

Mais il faudra attendre les prochaines séances pour en savoir un peu plus sur l'économie de la zone euro et des Etats-Unis.

Mercredi, le nouveau ministre des Finances britannique, Philip Hammond, doit par ailleurs présenter le budget rectificatif d'automne aux députés, tout juste cinq mois après le référendum lors duquel les Britanniques ont majoritairement voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

Du point de vue des valeurs, Elior Group gagnait 2,31% à 19,26 euros après l'annonce de son entrée sur le marché indien à travers deux acquisitions dans ce pays émergent où il compte figurer dans le trio de tête du secteur.

Solvay (+1,31% à 101,10 euros) profitait d'un début de suivi à "acheter" par Goldman Sachs.

SFR Group (-2,18% à 22,45 euros) fermait la marche du SBF 120. L'ex-patron emblématique de Canal+ Bertrand Méheut va rejoindre l'opérateur SFR (Altice) en tant que vice-président de son conseil d'administration, selon une source proche du dossier à l'AFP, confirmant une information des Echos.

Vivendi (-0,14% à 18,33 euros) ne profitait pas du renoncement par le groupe italien Mediaset à sa demande de mise sous séquestre des 3,5% du capital du groupe de Vincent Bolloré.

Ubisoft reculait de 0,67% à 32,78 euros. L'Autorité des marchés financiers (AMF) a requis une amende totale de 1,5 million d'euros, contre sept personnes dont cinq salariés du groupe, pour manquement d'initié sur des titres de l'éditeur de jeux vidéos remontant à 2013.

cc/fka/ggy


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant