La Bourse de Paris dans le rouge

le
0
L. Grassin
L. Grassin
L'évolution de Wall Street pourrait dicter l'évolution des places européennes cet après-midi alors que les investisseurs surveilleront la publication de l'indice PMI de Chicago de juin (15h45 : consensus 55) et de l'indice du sentiment des consommateurs pour la même période (15h55 : consensus 83). L'actualité entreprises est par ailleurs assez calme pour cette dernière séance de juin. On notera toutefois l'envolée d'EuropaCorp suite à la publication de ses résultats annuels et les nouvelles rumeurs concernant Peugeot

ECO ET DEVISES

La consommation des ménages français a rebondi de 0,5% en mai, après avoir baissé d'autant en avril. Les économistes redoutaient une poursuite de la contraction de -0,1%. Sur un an, elles sont en progression de 0,6%. "Cette progression est principalement imputable au rebond des achats alimentaires", indique l'institut statistique, alors que la consommation en textile recule de -1,5% et que les dépenses en biens durables restent bien orientées (+0,4%).

Les prix à la production français ont connu un sérieux trou d'air en mai, puisqu'ils ont chuté de -1,2%, contre -0,3% projeté par les économistes interrogés par Bloomberg. Sur un an, ils passent en territoire négatif (-0,1%).

La parité euro / dollar atteint 1,3058 à la mi-journée. Le baril de Brent se négocie 103,2$ et le WTI 97,6$ pour l'échéance d'août.

VALEURS EN HAUSSE

* EuropaCorp (+8,5% à 3,98 euros), dans un marché actif qui salue l'annonce des résultats annuels du groupe marqués par un résultat opérationnel qui passe de 6,8 Millions d'Euros à 30,3 ME, soit une augmentation de 23,5 ME. De son côté, le résultat net part du Groupe s'établit à 19,6 ME au 31 mars 2013, contre seulement 0,1 ME au cours de l'exercice précédent. Déjà publié, le chiffre d'affaires annuel ressort à 185,8 ME, en hausse de 10% par rapport à l'exercice précédent. Gilbert Dupont estime dans une note qu'il convient d'acheter le titre après un contact avec la société et des comptes encore meilleurs que prévu... Le cours cible est ainsi relevé à 6,5 euros par le broker.

* Alcatel-Lucent (+2,5% à 1,44 euro). Après avoir repris hier plus de 6%, l'action grimpe encore, revenant sur ses cours de la fin de semaine précédente. Le groupe a annoncé hier que l'option de surallocation de son placement d'OCEANE 2018 avait été exercée en totalité, un signal positif qui signifie que la demande était au rendez-vous pour l'opération.

* EDF (+0,7% à 17,7 euros), alors qu'Exane BNP Paribas a relevé de 21 à 24 euros son objectif, en restant à "surperformance" sur le dossier. L'analyste pense qu'après l'avis de la CRE sur les tarifs insuffisants pour couvrir les coûts de l'énergéticien, l'ajustement n'est plus qu'une affaire de mois et que le sens de l'histoire est irrévocable : les prix vont augmenter au fur et à mesure.

* AXA (+0,1% à 15,15 euros), alors que Citi a relevé ce matin à "surpondérer" sa perception du secteur européen de l'assurance, et identifié AXA, Scor et Aviva comme ses dossiers préférés.

VALEURS EN BAISSE

* BioAlliance (-6,65% à 3,61 euros) après l'annonce de son augmentation de capital de 8 millions d'euros. Une évolution habituelle en pareille cas, avec un titre qui avoisine désormais le cours de levée de fonds de 3,50 euros. Les fonds doivent servir à accélérer deux essais cliniques. La société a reçu des engagements de la part de deux actionnaires historiques, couvrant 63% de l'opération, ce qui est de nature à rassurer

* Air France KLM (-4,6% à 6,77 euros). Après trois séances de rebond, le titre repique du nez en cette fin de semaine. De nouvelles mesures devraient être annoncées à la rentrée pour tenter de redresser la branche court et moyen-courrier du transporteur, selon 'latribune.fr", qui croit savoir que la situation de la branche ne s'est pas améliorée, malgré les efforts accomplis jusque-là, et qu'elle pèsera à nouveau lourdement sur les résultats intermédiaires qui seront dévoilés fin juillet. Par ailleurs, le quotidien russe des affaires 'Kommersant' a fait état ce matin de sources industrielles laissant penser qu'Aeroflot serait mécontente de son traitement au sein de Skyteam, et qu'elle aurait menacé de se tourner vers le groupement rival Star Alliance de Lufthansa.

* Peugeot (-2,8% à 6,32 euros). Les rumeurs vont bon train sur PSA depuis hier et les bruits de couloirs, propages par l'agence Reuters, selon lesquels les Peugeot seraient prêts à céder le contrôle de la firme sochalienne s'ils parviennent à convaincre General Motors de renforcer l'alliance entre les deux groupes et d'injecter de nouveaux fonds. Autant dire que ce scénario, s'il voyait le jour, prendrait un tour éminemment politique. Ce matin, une source proche de la famille Peugeot a cependant affirmé à BFM Business que les actionnaires historiques n'avaient pas l'intention de vendre, le constructeur n'ayant pas besoin de fonds additionnels car il respecte son plan de marche...

* Capgemini (-1,28% à 38 euros), sous pression après l'avertissement lancé hier soir par l'américain Accenture. "Ce profit warning est important tant par son ampleur que par le message véhiculé", explique ce matin CM-CIC Securities, qui le voit peser sur les grandes SSII européennes, et en particulier sur Cap "perçue comme plus cyclique", malgré une journée investisseur rassurante tenue la semaine dernière.

* Vivendi (-0,2% à 14,5 euros). Canal+ pousse ses pions outremer, en prenant le contrôle de Mediaserv, un opérateur télécom détenu jusque-là par le Groupe Loret. La filiale Canal+ Overseas va racheter 51% du capital, une fois acquis le feu vert de l'Autorité de la concurrence. Hier, alors que la rumeur de l'opération circulait, Natixis la voyait d'un bon oeil, la jugeant "judicieuse". L'analyste estimait à 90 millions d'euros la valorisation de Mediaserv, soit environ 45 millions d'euros de coût pour Canal+. L'opérateur des DOM-TOM a réalisé environ 60 millions d'euros de revenus l'année dernière, et 15 millions d'euros d'EBITDA, pour 90.000 abonnés. L'analyste s'est basé sur les dernières opérations sectorielles, adjugées autour de 6 fois le ratio valeur d'entreprise sur EBITDA, pour déterminer le prix.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant