La Bourse de Paris attendue en hausse de 9% d'ici fin 2012

le
5
LA BOURSE DE PARIS DEVRAIT ENCORE PROGRESSER DE 9% D?ICI LA FIN DE L?ANNÉE
LA BOURSE DE PARIS DEVRAIT ENCORE PROGRESSER DE 9% D?ICI LA FIN DE L?ANNÉE

par Blaise Robinson

PARIS (Reuters) - L'indice CAC 40 de la Bourse de Paris devrait progresser encore de 9% d'ici à la fin 2012, soutenu par une surabondance de liquidités offertes par les banques centrales occidentales qui tend à faire oublier une croissance économique très faible, selon une enquête Reuters.

Toutefois, les investisseurs restent prudents à moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle.

Selon un sondage trimestriel réalisé la semaine dernière auprès de 36 analystes et gérants de fonds, le CAC 40 devrait finir l'année à 3.725 points, soit 8,6% au-dessus de son cours de clôture de mercredi (3,430.15 points).

La précédente enquête prévoyait un CAC 40, qui a chuté de 17% en 2011, compris entre 2.900 et 4.213 points fin 2012.

Il en ressortait que l'indice des 40 valeurs vedettes de la place de Paris devait atteindre les 3.500 points d'ici à la fin juin, soit 2% au-dessus de la clôture de mercredi.

Après un "rally" surprenant qui l'a hissé à ses plus hauts niveaux depuis début août, le CAC 40 a commencé à reculer, pénalisé par des perspectives économiques moroses en Europe, une forte hausse des cours du pétrole, les difficultés de l'Espagne à tenir ses objectifs de réduction des déficits et les craintes d'un ralentissement économique brutal en Chine.

"Le premier trimestre a vu le retour de l'appétit pour le risque des investisseurs sur les marchés actions (...) dû en partie à l'intervention massive de la Banque centrale européenne pour éviter tout risque systémique sur le secteur financier en zone euro. D'où les niveaux d'indices actuels correspondant déjà à nos objectifs de mi-année", dit Nicolas Just, responsable de la gestion actions "core" de Natixis Asset Management.

"Mais nous voyons maintenant des incertitudes ressurgir sur une gouvernance intégrée de la zone euro, avec des élections en France et en Grèce pouvant apporter de la volatilité sur les marchés en milieu d'année", ajoute-t-il.

Le candidat socialiste François Hollande, principal adversaire du président sortant Nicolas Sarkozy, a annoncé qu'il voulait renégocier le pacte budgétaire européen signé en décembre.

Parmi les facteurs positifs cités par les gérants de fonds et les analystes pour le CAC 40, en hausse de 8,6% depuis le début de l'année 2012, figure la valorisation jugée relativement faible des valeurs vedettes françaises, qui devrait permettre au marché de résister aux vents contraires.

"Les fondamentaux semblent désormais normalisés, tant du côté de la croissance que des valorisations," commente Emmanuel Morano, responsable de la gestion actions à la Française AM.

"Si globalement l'environnement financier s'est amélioré, le risque sur les dettes souveraines persiste. Par ailleurs, l'évolution des cours du pétrole fait peser un risque non négligeable sur les économies", ajoute-t-il.

Le ratio moyen de valorisation (cours/BPA estimé à 12 mois) des sociétés du CAC 40 se situe actuellement à 10,08, en retrait par rapport à la moyenne historique des dix dernières années, selon les données Thomson Reuters I/B/E/S.

Enquête de Blaise Robinson, avec Namrata Anchan et Aakanksha Bhat; Raoul Sachs et Juliette Rouillon pour la version française, édité par Gwénaëlle Barzic

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • axel1239 le jeudi 29 mar 2012 à 16:47

    On va tous à Monaco ? On va être serré ?

  • mariding le jeudi 29 mar 2012 à 16:42

    1 seule chose à faire : se b.arrer de la zone euro ( pas la France, je parle de nous tous )

  • axel1239 le jeudi 29 mar 2012 à 16:33

    Des prédicateurs ?

  • papymujo le jeudi 29 mar 2012 à 16:04

    La bourse , on s'en fout, c'est l'économie réelle qui manque de jus!

  • M7210200 le jeudi 29 mar 2012 à 16:03

    mort de rire les analystes qui font des prévisions en une période aussi tumultueuse c'est vraiment de pire en pire, sans les QE tout s'ecroule alors quand je lis ça "Les fondamentaux semblent désormais normalisés" je me dis que enfin non rien