La Bourse de Paris affiche sa méfiance avant une fin de semaine chargée (-1,31%)

le
0

La Bourse de Paris reculait nettement vendredi à la mi-journée (-1,31%), les investisseurs procédant à des prises de bénéfices avant un week-end politique chargé en Europe.

A 11H42 (10H42 GMT), l'indice CAC 40 perdait 59,06 points à 4.500,65 points, dans un volume d'échanges de 997 millions d'euros. La veille, le marché parisien avait cédé 0,39%.

L'"aversion au risque" domine, avec une baisse des actions et un repli des investisseurs sur le marché de la dette souveraine, qui fait office de refuge, constate auprès de l'AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion.

Les investisseurs procèdent également à des "prises de bénéfices" qui sont "d'autant plus appuyées que Wall Street a l'air de marquer le pas également", ajoute-t-il.

Selon lui, "la réalité des risques politiques en Europe nous rattrape", avec à l'agenda de dimanche le référendum italien et le scrutin présidentiel en Autriche.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi se prépare à vivre l'un des moments les plus importants de sa fulgurante carrière politique, avec un référendum constitutionnel dont l'issue, incertaine, décidera en partie de son avenir.

"L'enjeu de cette échéance consiste dans le maintien de la stabilité politique en Italie avec des conséquences importantes sur le secteur bancaire", commentent de leur côté les gérants de Barclays Bourse.

Les marchés étaient également dans l'attente du rapport mensuel sur l'emploi américain, "dernier élément perturbateur à même de semer le doute dans la tête des membres de la Réserve fédérale américaine (Fed)", selon les experts de Mirabaud Securities Genève.

Les investisseurs anticipent largement un relèvement des taux de l'institution monétaire lors de sa dernière réunion de l'année dans un peu plus d'une semaine. Ils suivront en ce sens des discours de membres de la Fed dans l'après-midi et dans la soirée.

En zone euro, les prix à la production industrielle ont progressé de 0,8% en octobre par rapport à septembre, après une légère augmentation de 0,1% le mois précédent.

Du côté des valeurs, Klépierre (+1,43% à 35,05 euros) et Unibail-Rodamco (+0,10% à 203,90 euros) profitaient d'un relèvement de recommandation par les analystes de Barclays.

Les titres du secteur financier tiraient le marché vers le bas à l'image de BNP Paribas (-2,09% à 54,73 euros), Société Générale (-1,71% à 40,27 euros) et Crédit Agricole (-1,26% à 10,62 euros).

Neopost (-4,97% à 26,96 euros) était plombé par la publication d'un chiffre d'affaires en baisse de 1,5% au troisième trimestre.

Groupe Flo engrangeait 4,48% à 0,70 euro après avoir trouvé un accord avec ses partenaires financiers lui laissant jusqu'à fin avril pour renégocier sa dette.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant