La Bourse de Paris achève en hausse une séance riche en indicateurs (+0,62%)

le
0

La Bourse de Paris a achevé mardi en hausse une séance hésitante (+0,62%) ponctuée de nombreux indicateurs des deux côtés de l'Atlantique, les investisseurs gardant par ailleurs un oeil attentif sur les suites de l'élection américaine.

L'indice CAC 40 a pris 27,98 points à 4.536,53 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,2 milliards d'euros. La veille, il avait progressé de 0,43%.

Parmi les autres marchés européens, Londres a gagné 0,59% et Francfort 0,39%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a pris 0,33%.

La cote parisienne qui a ouvert en hausse a passé une partie de la séance proche de l'équilibre, avant de se reprendre en fin de journée. Le démarrage sans direction à la Bourse de New York n'a pas contribué à soutenir le marché.

"Avec l'élection de Donald Trump, une période d'incertitude s'est ouverte à court terme puisqu'on ne sait pas ce qu'il va mettre à exécution ou non dans son programme", souligne auprès de l'AFP Guillaume Garabédian, conseiller de gestion de Meeschaert Gestion Privée.

"Pour l'instant, le marché parie sur l'issue la plus favorable mais ce serait très audacieux d'éluder complètement les risques et les conséquences potentiellement négatives de certains pans du programme" du nouveau président élu des Etats-Unis, ajoute-t-il.

"La tendance, même si elle est positive, reste prudente", confirment de leur côté les gérants de Barclays Bourse, ajoutant que "le marché se pose des questions sur la mise en oeuvre du programme économique" de Donald Trump.

Tout en conservant en arrière-plan leurs questions, les investisseurs ont eu une salve de chiffres à se mettre sous la dent.

Outre-Atlantique, l'activité manufacturière dans la région de New York a rebondi plus que prévu pour repasser en territoire positif tandis que les ventes de détail ont accéléré plus fortement qu'attendu en octobre.

"La dynamique de consommation aux Etats-Unis demeure très solide", commentent les économistes d'Unicredit.

Les prix des produits importés ont quant à eux poursuivi leur augmentation en octobre, tirés par la hausse des prix du fioul.

Côté européen, en Allemagne, le baromètre ZEW des investisseurs s'est nettement amélioré en novembre. Le Produit intérieur brut (PIB) a en outre augmenté de 0,2% au troisième trimestre, un peu moins qu'escompté par les analystes.

L'Italie a de son côté enregistré une croissance de 0,3% de son PIB au troisième trimestre, un chiffre meilleur qu'attendu.

Les chiffres de l'inflation en octobre, particulièrement scrutés en période de tension sur les taux obligataires, étaient aussi à l'agenda. Au Royaume-Uni, l'inflation a très légèrement ralenti en octobre tandis qu'elle est restée stable en France.

Sur le plan des valeurs, Total a grimpé (+3,21% à 43,52 euros), aidé par un fort rebond du pétrole à New York. Le groupe va par ailleurs équiper, d'ici cinq ans, quelque 5.000 de ses stations-service à travers le monde de panneaux photovoltaïques.

Les valeurs bancaires ont terminé en ordre dispersé. Société Générale a fini stable (+0,02% à 40,48 euros) après une information des Echos selon laquelle Bercy veut revenir sur la ristourne fiscale de 2,2 milliards d'euros accordée à la banque suite à l'affaire Kerviel.

Crédit Agricole a progressé de 0,32% à 10,89 euros, BNP Paribas lâchant en revanche 0,31% à 55,49 euros.

Vallourec a gagné 2,28% à 4,94 euros après avoir finalisé l'acquisition d'une part majoritaire du capital de la société chinoise Anhui Tianda Oil Pipe Company à hauteur de 50,6%, portant ainsi sa participation à un peu plus de 70%.

Vallourec a gagné 2,28% à 4,935 euros après avoir finalisé l'acquisition d'une part majoritaire du capital de la société chinoise Anhui Tianda Oil Pipe Company à hauteur de 50,6%, portant ainsi sa participation à un peu plus de 70%.

Bolloré a cédé 2,44% à 2,83 euros, pénalisé par la baisse de son chiffre d'affaires de 10% au troisième trimestre à 2,4 milliards d'euros, plombé en particulier par le recul des prix du pétrole.

Blue Solutions a cédé 3,09% à 10,67 euros, pénalisé par une activité en recul de 18,8% au troisième trimestre.

Teleperformance a bondi (+4,18% à 89,30 euros), porté par un chiffre d'affaires de 910 millions d'euros au troisième trimestre 2016, en hausse de 8,7%.

OL Groupe a reculé (-3,51% à 2,75 euros), fragilisé par un chiffre d'affaires trimestriel en baisse de 24% par rapport à celui de la même période de l'année précédente.

Deinove a progressé (+7,69% à 1,96 euros) après avoir choisi Processium, entreprise spécialiste de la conception de procédés, pour préparer l'industrialisation de ses caroténoides, des molécules utilisées dans les cosmétiques et l'alimentation animale et humaine.

Erytech a chuté (-24,16% à 13,25 euros) après avoir annoncé le retrait de sa demande d'autorisation de mise sur le marché européenne pour le Graspa, son traitement contre la leucémie aiguë lymphoblastique (LAL), en vue de soumettre une nouvelle demande l'an prochain.

cc/fka/jpr


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant