La Bourse d'Athènes au plus bas depuis plus de 25 ans

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    ATHENES, 8 février (Reuters) - La Bourse d'Athènes a plongé 
lundi à son plus bas niveau depuis 25 ans avec un effondrement 
record des banques sur fond d'incertitude politique et 
d'inquiétude pour le secteur financier européen. 
    L'indice principal de la Bourse d'Athènes  .ATG  perd 8,25% 
vers 15h00 GMT, évoluant à un creux jamais vu depuis au moins 
1991. L'indice du secteur bancaire  .FTATBNK  chute de 28,31%, à 
un plus bas record. 
    Le rendement de l'obligation grecque à 10 ans  GR10YT=TWEB  
dépasse 10%, en progression de plus de 40 points de base sur la 
journée. 
    Les investisseurs doutent de l'issue des discussions entre 
Athènes et ses bailleurs de fonds sur l'examen des réformes 
exigées en échange d'un plan d'aide de 86 milliards d'euros. Ils 
craignent notamment un échec sur les réformes de la fiscalité et 
des retraites. 
    "Le marché intègre l'instabilité financière et politique 
ainsi que des retards dans l'examen", explique Manos Hatzidakis, 
analyste de Beta Securities. 
    Le secteur bancaire souffre non seulement en Grèce mais 
aussi ailleurs en Europe, des craintes sur la croissance 
mondiale et la santé des marchés financiers ravivant l'attrait 
des valeurs refuge. 
    Le gouvernement grec pense que les discussions avec les 
créanciers internationaux reprendront la semaine prochaine pour 
s'achever deux semaines plus tard, a déclaré lundi le ministre 
grec des Finances. 
    "Nous devons convaincre (les créanciers) de la manière dont 
nous atteindrons un excédent primaire de 3,5% du PIB année après 
année", a dit Euclide Tsakalotos lors d'une séance 
parlementaire. "Les réformes de la fiscalité et des retraites y 
contribueront." 
    La délégation représentant la Commission européenne, le 
Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne et 
le fonds de sauvetage européen a conclu vendredi une première 
semaine de discussions avec des responsables grecs à Athènes. 
  
    La Grèce s'est engagée à réduire les dépenses de son système 
de retraite de 1,8 milliard d'euros, soit 1% de son produit 
intérieur brut (PIB), en 2016.  
    Pour préserver les retraités ayant déjà subi 11 baisses de 
leurs pensions depuis 2010, le gouvernement compte augmenter les 
cotisations sociales des employeurs et des salariés. Les 
créanciers ne masquent pas leurs réticences face à cet éventuel 
alourdissement de la fiscalité du travail. 
 
 (Lefteris Papadimas et Angeliki Koutantou; Patrick Vignal pour 
le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux