La bonne fortune du Nobel de littérature chinois

le
0
Les droits d'auteur de Mo Yan ont bondi et le voilà numéro 2 des écrivains les plus riches en Chine.

Correspondant à Pékin

Il y a en Chine des Nobel qui rapportent plus que d'autres, et le prix de littérature est à ce titre plus enviable que celui de la paix. Moins de deux mois après avoir reçu la distinction, Mo Yan se retrouve catapulté à la deuxième place des écrivains les plus riches de Chine. La médiatisation offerte par le Nobel de littérature, tant en Chine qu'à l'étranger, aurait fait bondir ses droits d'auteur pour l'année à 21,5 millions de yuans (2,6 millions d'euros).

L'impact du prix est important puisque, l'an dernier, Mo Yan n'était pas entré dans le top 30 des heureux auteurs chinois. Depuis sa distinction, par exemple, un de ses manuscrits vieux de dix ans a été vendu 1,2 million de yuans. Toutefois, constate le South China Morning Post, ce bond post-Nobel n'est pas suffisant pour détrôner de la tête de la liste l'«...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant