La BoJ veut poursuivre sa politique très accommodante

le
0
POURSUITE D'UNE POLITIQUE MONÉTAIRE TRÈS ACCOMMODANTE POUR LA BANQUE DU JAPON
POURSUITE D'UNE POLITIQUE MONÉTAIRE TRÈS ACCOMMODANTE POUR LA BANQUE DU JAPON

TOKYO (Reuters) - La Banque du Japon (BoJ) continuera à mettre en oeuvre une politique monétaire très accommodante au vu de la probable persistance de la faiblesse de l'économie dans les trimestres à venir, a déclaré Mercredi Masaaki Shirakawa, gouverneur de la BoJ.

Ces déclarations ne peuvent que renforcer dans leur conviction ceux qui pensent que la BoJ annoncera de nouvelles mesures de soutien à l'activité à l'issue de sa réunion de politique monétaire des 21 et 22 janvier.

"Les exportations et la production industrielle sont dans une phase de déclin en raison d'un ralentissement continu de la croissance économique à l'international", a déclaré Masaaki Shirakawa lors d'une réunion trimestrielle avec des responsables régionaux de la BoJ.

La banque centrale japonaise subit une vive pression de la part du nouveau Premier ministre Shinzo Abe, qui ne cesse d'exhorter la BoJ à agir de manière encore plus radicale afin de redynamiser la troisième puissance économique mondiale.

Des sources ont dit à Reuters que la BoJ, qui a assoupli sa politique monétaire à cinq reprises en 2012, devrait une nouvelle fois augmenter la taille de son programme de rachats d'actifs et fixer un objectif d'inflation de 2%.

La perspective d'un nouvel assouplissement monétaire et l'arrivée au pouvoir de Shinzo Abe à la fin de 2012 se sont traduites par une forte baisse du yen, évoluant ces derniers jours à des plus bas de quelque deux ans et demi face au dollar.

Au cours de la nuit, la glissade de la monnaie japonaise a toutefois connu un coup d'arrêt, des propos du ministre des Finances du pays Akira Amari disant qu'un yen trop faible pouvait nuire au pays ayant déclenché un rebond de la devise.

Masaaki Shirakawa a réaffirmé les perspectives affichées par la BoJ, selon lesquelles l'économie japonaise finira bien par renouer avec une modeste reprise à la faveur de l'accélération de la croissance de l'activité mondiale.

Mais il a ajouté que les incertitudes restaient élevées, évoquant les risques baissiers pesant sur ce scénario et des évolutions pas toujours aisées à prévoir, telle la brusque montée des tensions diplomatiques entre la Chine et le Japon à la fin de l'été dernier au sujet d'un chapelet d'îles en mer de Chine orientale.

Leika Kihara, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant