La BoE va injecter 50 milliards de livres dans l'économie

le
2
La BoE va injecter 50 milliards de livres dans l'économie
La BoE va injecter 50 milliards de livres dans l'économie

LONDRES (Reuters) - La Banque d'Angleterre (BoE) a engagé jeudi un troisième cycle d'assouplissement de sa politique monétaire afin d'aider l'économie britannique à sortir de la récession, en annonçant 50 milliards de livres (62 milliards d'euros) de rachats d'actifs tout en maintenant son taux directeur à 0,5%.

Ce nouveau recours à la planche à billets était largement attendue depuis que le gouverneur de la BoE, Mervyn King, avait constaté le mois dernier une détérioration des perspectives économiques après l'arrêt en mai du deuxième cycle d'assouplissement quantitatif (QE).

Le QE, qui est aussi l'instrument privilégié de la Réserve fédérale américaine depuis qu'elle a ramené ses taux quasiment à a zéro, consiste à racheter des titres obligataires sur les marchés financiers pour injecter des liquidités dans le système financier et favoriser le crédit bancaire aux entreprises et aux ménages.

"Dans le contexte d'un resserrement continu des conditions de crédit et de consolidation budgétaire, le poids croissant des tensions en zone euro signifie que, sans mesures de soutien supplémentaires, il était plus probable qu'improbable que l'inflation ressortirait en deçà des objectifs à moyen terme", a expliqué la banque centrale dans un communiqué.

La BoE a relevé comme attendu le plafond de son programme de rachats d'actifs (assouplissement quantitatif, ou QE) pour le porter à 375 milliards de livres. Elle a dit s'attendre à mener à bien ces rachats au cours des quatre mois à venir, une durée plus longue que ce que beaucoup d'économistes attendaient.

Certains observateurs s'attendaient en outre à un relèvement de 75 milliards de livres du QE.

Le future sur le Gilt, l'emprunt d'Etat britannique à 10 ans, qui avait progressé dans l'attente de la décision de la BoE, reculait pour toucher un plus bas en séance après les annonces de la banque centrale. La livre sterling progressait face au dollar.

Les derniers indicateurs macroéconomiques moroses pour le Royaume-Uni avaient conforté l'hypothèse d'un maintien du pays en récession et nourri les attentes de nouvelles mesures d'assouplissement de la part de la BoE, qui a déjà injecté 325 milliards de livres dans l'économie.

L'économie britannique s'est contractée de 0,3% au premier trimestre, plaçant le pays en état de récession pour la deuxième fois en quatre ans.

L'inflation est de son côté tombée en mai à 2,8% sur un an, un plus bas de deux ans et demi, levant l'un des principaux obstacles à de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

Ce troisième cycle d'assouplissement monétaire intervient après les mesures communes prises par la BoE et le gouvernement le mois dernier pour améliorer l'accès au crédit des entreprises et pour s'assurer que les banques ne souffrent pas d'un manque de liquidités si la crise en zone euro s'aggrave.

"Prises ensemble, la réduction des pressions sur le revenu réel des ménages, sur fond de baisse des prix des matières premières, et la poursuite du soutien apporté par les actions de politique monétaire précédentes devraient soutenir une reprise progressive de la croissance", a dit la BoE.

Quatre des neuf membres du comité de politique monétaire de la BoE s'étaient prononcés en faveur d'un plan de rachat d'obligations d'Etat de 50 milliards de livres lors de leur réunion de juin, alors qu'un seul d'entre eux avait voté pour un mois plus tôt.

David Milliken, Natalie Huet et Blandine Hénault pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M78543 le jeudi 5 juil 2012 à 15:25

    En Angleterre, les frais de scolarité pour un bachelor pouvaient atteindre jusqu’à très récemment, 3250£. A partir de la rentrée 2012, ils pourront atteindre 9000£ au maximum (environ 10165 euros)............. alors la planche à billets hum !!!!

  • paumont1 le jeudi 5 juil 2012 à 14:00

    ah,si la BCE faisait la même chose... hein madame Merkel?