La Birmanie veut renvoyer au Bangladesh des migrants secourus en mer

le
0
La Birmanie veut renvoyer au Bangladesh des migrants secourus en mer
La Birmanie veut renvoyer au Bangladesh des migrants secourus en mer

Ils ont fui le Bangladesh par la mer et ont été secourus cette semaine au large des côtes birmanes. Un groupe de 208 migrants va pourtant être renvoyé dans son pays d'origine par les autorités birmanes. «Nous leur fournissons une assistance humanitaire. Après cela, nous les renverrons dans leur pays», a déclaré Zaw Htay, porte-parole de la présidence birmane, assurant être déjà «en contact avec les garde-frontières du Bangladesh».

Leur bateau, remorqué vendredi matin, a été le premier à bénéficier d'un sauvetage de la part de la Birmanie depuis qu'a éclaté cette crise dans la région. Découverts entassés torse nu dans un bateau en bois, ils sont accueillis depuis vendredi près de la ville de Maungdaw, point de départ pour de nombreux bateaux bondés d'habitants locaux fuyant la Birmanie. La décision de les remorquer à terre a suscité la colère des nationalistes bouddhistes extrémistes. Le plus virulent d'entre eux, le moine Wirathu, connu pour ses diatribes antimusulmanes, a dénoncé sur sa page Facebook vendredi un accueil réalisé «sous la pression internationale»., ajoutant : «Si l'on porte secours à ces gens, le danger viendra».

Nombre des migrants qui prennent la mer appartenant à la minorité musulmane des Rohingyas de Birmanie, pays en proie à un nationalisme bouddhiste antimusulman. Mais l'autre principal flux de migrants est le Bangladesh voisin. Sous la pression internationale, la Malaisie et l'Indonésie ont assoupli leur politique cette semaine et arrêté de repousser les bateaux de migrants. Mais la Birmanie ne semble pas vouloir améliorer les conditions de sa minorité rohingya afin de mettre fin à leur exode. Alors que cette communauté est estimée à 1,3 million de personnes en Birmanie, ses membres restent apatrides et privés de tout droit. Et les autorités birmanes les voient toujours comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin, même ceux installés depuis des générations. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant