La berline de crise, voiture de l'année ?

le
0
La Citroën C-Elysée, au départ destinée aux pays émergents, offre une séduction inattenduesur nos marchés en berne.

La C-Elysée, comme sa s½ur jumelle la Peugeot 301, possède les deux éléments indispensables à toute automo­bile cultivant une vocation «univer­selle»: une silhouette tricorps très classique (malle apparente) et un vaste coffre, toujours synonymes de standing en Chine, en Russie ou au Brésil. Sur la vingtaine de millions de modèles «compacts» (segment C) vendus chaque année dans le monde (plus d'un tiers du marché total), la part de ces berlines représente près de la moitié. «La C-Elysée est une pièce maîtresse dans notre stratégie d'internationalisation», confirme Frédéric Banzet, le directeur général de Citroën.

Ce type de voiture, a priori réservé aux marchés «d'équipement» ne possède pas toutefois les mêmes caractéristiques que ceux des véhicules proposés sur nos marchés «de renouvellement». Tout en restant statutaires, ces berlines...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant