La Berd réduit de moitié ses prévisions de croissance

le
0
LA BERD RÉDUIT DE MOITIÉ SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE
LA BERD RÉDUIT DE MOITIÉ SES PRÉVISIONS DE CROISSANCE

VARSOVIE (Reuters) - La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a réduit mercredi de moitié ses prévisions de croissance pour la zone qu'elle supervise en insistant sur les risques sur l'économie mondiale que ferait peser l'entrée de la Russie en récession sous l'effet du conflit ukrainien.

La crise géopolitique créée par ce conflit et le ralentissement d'autres économies majeures comme la Turquie ont conduit la Berd à ramener sa prévision de croissance 2014 pour cette zone à 1,4% contre 2,7% précédemment.

Pour la Russie, dont l'économie montrait déjà des signes d'essoufflement avant l'annexion de la Crimée et les sanctions internationales, la Berd prévoit un net ralentissment de la croissance dès cette année et une progression très faible du produit intérieur brut de 0,6% à l'horizon 2015.

Dans son rapport publié mercredi, la Berd envisage un scénario plus négatif encore avec l'entrée de la Russie en récession et l'aggravation de la contraction de l'économie ukrainienne.

"Assorti à une aversion grandissante des marchés mondiaux pour le risque, ce scénario ramènerait la croissance dans la zone de la Berd au point mort et la crise russo-ukrainienne commencerait alors à avoir un effet négatif sur l'économie globale", écrit la Berd.

Créée à l'origine pour faciliter le passage à une économie de marché dans les pays du bloc de l'Est, la Berd a étendu ces dernières années son rôle à des pays comme la Mongolie et la Turquie ainsi qu'aux économies concernées par les conséquences du printemps arabe de 2011, notamment le Maroc, l'Egypte, la Tunisie et la Jordanie.

(Marc Jones; Patrick Vignal pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant