La Belgique plongée dans une crise politique sans fin

le
0
Le médiateur doit présenter ce lundi de nouvelles propositions aux partis.

À Bruxelles

En Belgique, le cap des deux cents jours sans gouvernement de plein exercice a été dépassé la semaine dernière, renvoyant aux oubliettes le précédent record établi en 2007. Pour sortir de la paralysie, le médiateur doit faire ce lundi de nouvelles propositions de compromis.

Les points de blocage sont connus. Depuis les législatives du 13 juin, les négociations buttent sur des dossiers au lourd passif communautaire, notamment l'autonomie fiscale des régions, redoutée par les francophones qui craignent d'y perdre financièrement; le refinancement de Bruxelles, qui fait renâcler les Flamands; et enfin le très épineux problème de Bruxelles-Hal-Vilvorde, un arrondissement qui cristallise à lui seul toutes les tensions entre la Flandre et la Wallonie.

Grands vainqueurs des élections, les socialistes (côté francophone) et les indépendantistes de la N-VA (côté flamand) peinent à rapprocher leurs positions. Les sept partis engagés dans les négociations

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant